Communiqué #3 : incendie aux Irlandais

Incendie des Irlandais : face à la récupération politicienne, nous refusons les intimidations.

Notre seul objectif est de répondre aux intérêts des familles.
Suite à l’incendie survenu dans la nuit du 3 au 4 avril dernier aux Irlandais, les services de la ville et d’Opaly se sont mobilisés pour accompagner les familles touchées.

Dans un premier temps, des nuits d’hôtel avec petit déjeuner, soit 227 nuitées au total, ont été proposées pour traiter l’urgence de la situation. D’autres mesures dont une cellule de soutien psychologique et un accompagnement quotidien par le service social de la ville et les équipes d’Opaly ont été organisées. Ce soutien est allé jusqu’à la mise à disposition d’un véhicule avec chauffeur pour les déménagements, ainsi que des heures de ménage par des aides ménagères, ou encore la mise à
disposition de deux gardiens sur le dispositif. En fonction de l’état des appartements, des solutions temporaires ou même pérennes ont été́proposées à toutes les familles.

Malheureusement, à cette heure une des familles ne veut pas retourner dans son logement alors même que ses voisins ont déjà réintégré leur appartement depuis près d’une semaine. Afin de ne pas fermer la porte à la discussion et ne pas engendrer une situation de blocage, un rendez-vous avait été pris pour le lundi 26 avril. Cette date a été considérée comme trop lointaine par cette famille alors même que nous sommes en période de congé et de pandémie. Nous ne le comprenons pas.

Dans ce contexte très difficile et anxiogène pour les familles, quelques élu.e.s de l’opposition municipale ont décidé de se saisir de cette affaire pour faire de l’agitation politicienne. A l’aide de messages mensongers et de fausses informations, ils ont tenté́ de manipuler les familles victimes de
l’incendie. Ils leur auraient conseillé de refuser toutes les propositions qui leur étaient faites, les mettant ainsi dans une situation de grande vulnérabilité. Heureusement, la plupart des familles ne se sont pas laissées entrainer par ces manœuvres et ces tentatives ont échoué. Ainsi sur les
vingt familles impactées par cet incendie, quinze jours après le sinistre, dix neuf ont adhéré au dispositif qui pour certaines prendra la forme d’étapes intermédiaires et se verront à terme trouver une solution qui leur convient, la présidente d’Opaly et le Maire d’Arcueil s’y étant engagés.

Mais il est de la responsabilité de la ville et d’Opaly de continuer parallèlement d’instruire les demandes des 1500 demandeurs de logements qui attendent et de ne pas bloquer pour plusieurs mois leur relogement. Certaines familles arcueillaises attendent depuis plusieurs années dans des situations souvent difficiles. Dans ce contexte très anxiogène, un « collectif » autoproclamé des quatre cités, soutenu par les mêmes élu.e.s de l’opposition et des citoyen.ne.s engagé.e.s à leurs côtés, s’est introduit en mairie hier soir afin d’obtenir par la force l’attribution d’un logement. Aucune décision administrative ne peut être obtenue sous la menace, la contrainte ou en pratiquant le mensonge.

En effet, certaines des familles présentes à l’hôtel de ville hier soir nous ont informées qu’elles pensaient participer à une réunion librement organisée et non à l’occupation de la maison commune. Pour ces quatre familles le dialogue n’ayant jamais été rompu les questions qu’elles étaient venues
poser hier soir ont trouvé rapidement et légitimement une réponse. Opaly et la ville continueront à les accompagner jusqu’à ce qu’elles retrouvent une vie normale.

Les équipes de la ville et d’Opaly poursuivent leur travail pour résoudre les dernières questions posées par les victimes de ce sinistre. Mais nous ne nous laisserons pas entrainer par ces provocations. Qu’il soit entendu par chacun et chacune que les menaces et les intimidations qui sont source d’inégalité entre les citoyen.ne.s n’auront pas leur place dans les réponses apportées.

Christian Métairie, Maire d’Arcueil
Carine Delahaie, Présidente d’Opaly

A lire...

RerB

RER B : horaires de passage renforcés à Arcueil

Depuis le 13 septembre, la RATP propose une desserte renforcée pour permettre une meilleure répartition des voyageurs dans les rames. La gare de Laplace accueillera ainsi 20 trains par heure contre 15 précédemment, ce qui équivaut à un train toutes les 3 minutes.