Arcueil s’engage contre les violences conjugales

Dimanche 6 et mardi 8 juin 2021 ont eu lieu les 50 et 51ème féminicides de l’année 2021 en France. À Montpellier, une femme de 46 ans a été étranglée par son compagnon. À Mont-Saint-Aignan, Karine, 46 ans, est morte sous les coups, notamment de couteau, de son conjoint. Ces féminicides démontrent que la question des violences conjugales n’est pas encore assez prise en compte par les institutions et que trop peu de moyens sont mis à disposition des associations et des services. Le caractère extrêmement violent de ces actes doit être souligné et nous devons agir pour lutter contre cette situation insoutenable.

Alors que s’est ouvert ce jeudi 10 juin le procès du féminicide de Julie Douib, assassinée par son ex-conjoint en mars 2019, la Ville d’Arcueil multiplie ses efforts afin de lutter contre les violences faites aux femmes, quelles qu’elles soient (physiques, psychologiques, administratives, économiques, verbales). Depuis le début de la crise sanitaire, la Ville fait le constat d’une multiplication des demandes des femmes victimes de violences conjugales. En 2020, 12 femmes s’étaient tournées vers la mairie afin de se faire accompagner pour sortir de ces situations. En 2021, depuis le début de l’année, déjà 20 femmes se sont adressées à la chargée de mission égalité et lutte contre les violences conjugales et intrafamiliales pour bénéficier d’un accompagnement social, juridique et psychologique.

Arcueil, via la mission égalité, anime un réseau de lutte contre les violences conjugales et intrafamiliales avec l’ensemble des partenaires locaux et départementaux. Ce réseau a pour but d’améliorer la prise en charge des femmes en renforçant le partenariat des professionnel·le·s du territoire. En parallèle, la Ville travaille avec la Brigade de Protection de la Famille (BPF) du commissariat du Kremlin-Bicêtre sur les questions de violences conjugales et intrafamiliales. Sur la problématique du relogement, elle collabore étroitement avec l’Espace Départemental des Solidarités (EDS) de Gentilly ainsi qu’avec la Mission Hébergement Logement (MHL) du département.

La semaine dernière, un homme a menacé un agent de la mairie d’Arcueil de tuer son ex-femme s’il ne bénéficiait pas d’un nouveau logement. Arcueil peut se féliciter d’être la seule municipalité du département à disposer d’une permanence Tremplin pour accompagner les femmes. Mais cela est insuffisant. Les moyens financiers, le développement d’actions transversales en lien avec les partenaires du territoire, la Police nationale et les services municipaux, l’offre de logements réservés aux femmes victimes de violences qui prennent la fuite doivent être renforcés.

La Ville est résolument engagée dans la sensibilisation et la formation de ses agent·e·s sur les questions de violences faites aux femmes, de sexisme, de violence au travail et entend poursuivre cette orientation.

De plus, il est indispensable de sensibiliser les jeunes sur le harcèlement moral, sexuel, le cyber-harcèlement, l’égalité et multiplier les actions de communication et de prévention.
La Ville d’Arcueil appelle le Président de la République à renouveler la priorité donnée à la lutte contre les féminicides, à respecter les engagements du « Grenelle » et à s’assurer que l’ensemble des membres du gouvernement s’y engage également. Cette question doit devenir une priorité pour que ces crimes ne se reproduisent jamais.

A lire...

femmes

Mars 2022 : mois de l’égalité

Tout au long du mois de mars, la municipalité organise plusieurs événements autour de la Journée internationale des droits des femmes du mardi 8 mars.