Accueil | Habitat/Urbanisme | Grands Projets | Concertation Metropole du Grand Paris

Concertation Metropole du Grand Paris

Pour consulter ou télécharger le document complet (format PDF), cliquer ici : Simulation territoires

 

PERIMETRES DE SIMULATION DES TERRITOIRES DE LA MGP

L’article 12 de loi MAPTAM confie au préfet de la région Ile-de-France la responsabilité de préparer le projet de décret arrêtant le périmètre des futurs territoires de la métropole du Grand Paris, respectant un certain nombre de règles concernant le seuil démographique de 300 000 habitants, le respect des périmètres des EPCI existants et la prise en considération des dynamiques de projets.

I. les enseignements de la première étape de la concertation sur les périmètres de territoires

Les échanges à l’occasion des deux séries de réunions organisées d’octobre 2014 à janvier 2015 dans les trois départements de la petite couronne avec les maires des communes membres de la MGP (hormis les communes de GPSO, Est Ensemble et Plaine Commune) ont alimenté le débat général au sein du conseil des élus de la mission de préfiguration le 20 février dernier, sur la base des constats suivants.
Un exercice difficile lié à l’absence de paysage législatif stabilisé.
L’évolution du statut de la MGP et des territoires ne facilite pas la réflexion des élus sur le périmètre du futur territoire, l’appréciation de la taille du territoire étant liée à ses compétences et ses ressources. Une stabilisation de ces caractéristiques au cours de la discussion en seconde lecture de la loi NOTRe au Sénat devrait lever cette difficulté.

Quelques idées force se sont exprimées :

 La notion de territoires d’influence l’emporte parfois sur celle de territoires de projet. L’idée qu’il faut « peser face à Paris » ou agréger plusieurs dynamiques de projets a pour conséquence, par endroit, de vouloir créer des très grands territoires (jusqu’à 1 million d’habitants ou regroupant plus d’une vingtaine de communes).

 A l’inverse, la crainte de l’éloignement vis-à-vis des citoyens fortement exprimée par un grand nombre de maires vient en contradiction avec l’idée précédente. Elle s’accompagne d’une volonté de créer des territoires autour de 300 à 400 000 habitants, mieux adaptés à l’exercice des compétences de proximité, surtout dans les secteurs dépourvus de toute culture intercommunale.

 La revendication presque systématique de pouvoir s’appuyer sur les dynamiques de projets préexistantes, dans leur diversité et leur degré de maturation (les CDT sont régulièrement mentionnés mais également les constructions intercommunales ou l’appartenance à un périmètre d’OIN).

 Quelques maires se sont exprimés pour défendre le département comme territoire pertinent. Certains ne souhaitent pas que les territoires dépassent les frontières départementales. D’autres, à l’inverse, demandent la pérennisation de leurs pratiques actuelles de coopération, indépendantes des limites départementales.

 Des critères divergents de construction des territoires, ne permettant pas un consensus complet. Certains élus privilégient la notion de bassin de vie, d’autres les projets communs à l’instar des Contrats de Développement territorial ou l’idée « d’un affectio societatis ».

 La question du seuil démographique (importance du service dû aux usagers et poids de la représentation au sein de la métropole) s’apprécie également en liaison avec le nombre de communes concernées (conditions de gouvernance interne au territoire). Le couple seuil
démographique/nombre de communes est donc à considérer cumulativement pour l’exercice de constitution des territoires.

II. La poursuite de la concertation avec les élus sur la base de plusieurs propositions de périmètres de simulation des territoires

Pour répondre à la préoccupation partagée par les élus de pouvoir anticiper et préparer les décisions à venir en matière de gouvernance, de définition des compétences, de finances et de ressources humaines des futurs territoires, une stabilisation de la carte des futurs territoires est nécessaire avant l’été.

C’est pourquoi il est souhaitable d’engager une nouvelle phase de concertation en mettant à profit la période pour procéder à toutes les simulations qui seront utiles, établies sur la base de propositions de périmètres de territoires sur lesquelles pourront, en tant que de besoin, s’organiser de nouvelles réunions déconcentrées avec les maires et présidents des EPCI constitués. Le préfet de région propose de confier à direction de la mission de préfiguration de la métropole du Grand Paris, en relation avec les préfets de départements, l’organisation et l’animation de toutes les rencontres que pourront solliciter les élus.

Les propositions de carte des périmètres de simulation des futurs territoires reposent sur les critères suivants :

  •  Viser une relative homogénéité concernant la taille des territoires (démographie, nombre de communes) afin d’éviter de déséquilibrer la future gouvernance de la métropole.
  •  Constituer des « territoires de proximité » permettant une échelle de gouvernance et une strate démographique de nature à faciliter la mutualisation entre les communes et une prise en charge rapide des compétences de gestion des services publics et d’équipements de proximité.
  •  Veiller à ce que les territoires intègrent des pôles économiques afin de permettre à chacun de trouver un équilibre entre sa vocation résidentielle et son potentiel de développement économique.

Pour cadrer la discussion, quatre cartes sont présentées :

– La carte A (hors Paris, 12 territoires entre 270 000 et 570 000 habitants, regroupant entre 7 et 19 communes).
Ce découpage suppose l’introduction d’une marge de souplesse dans l’application du seuil démographique fixé par la loi MAPTAM ainsi que l’ont demandé les élus lors du conseil du 20 février.

grandparis1

grandparis2

 

 

 

 

 

 

 

 

– La carte B (hors Paris, 7 territoires entre 440 000 et 1 million d’habitants, entraînant des fusions de grands EPCI préexistants).

grandparis3

grandparis4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

– Les cartes C et D, comportant des variantes, soit pour intégrer des attentes expressément formulées (par exemple l’ACTEP élargie, avec pour effet de diminuer les territoires de l’Est Seine-Saint-Denis) soit pour respecter les limites départementales (avec l’effet inverse sur l’ACTEP, réduite à ses communes du Val de Marne)

grandparis5

grandparis6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

grandparis7

grandparis8

 

 

 

 

 

 

 

 

Une restitution de cette concertation pourra être organisée début juillet, lors du conseil des élus de la mission de préfiguration de la MGP, afin de stabiliser définitivement la carte des territoires.

Vous souhaitez donner votre avis ?
Ecrivez à : municipalité@mairie-arcueil.fr

A lire...

Démarrage du chantier « îlot Laplace »

La livraison est prévue au premier trimestre 2020