Deux élèves du collège prennent la plume

Accompagnées du service Jeunesse, Maïda et Louise, élèves de 3e du collège Dulcie September ont rédigé un article sur la perception des collégien·ne·s quant au sexisme et au féminisme.

 

Sexisme et féminisme : qu’en pensent les collégien·ne·s de Dulcie ?

Les questions et réflexions au sujet du sexisme et du féminisme naissent souvent dès le collège et les élèves y portent tou·te·s un grand intérêt, même si les avis divergent. Tour d’horizon de la 6e à la 3e.

« Les meufs, elles font des manifestations »
Bien que ces sujets génèrent un assez grand flou pour les élèves de 6e, il n’est pas rare qu’à l’ère où les réseaux sociaux prennent une place importante chez les plus jeunes, certain·e·s· en aient déjà entendu parler et souhaiteraient en apprendre davantage. Néanmoins, une ignorance assez importante se laisse entendre et l’emploi d’un vocabulaire moins sérieux aussi. « Les meufs, elles font des manifestations », dit un élève lorsqu’il définit le féminisme.

Dans la cour de récréation, comme à la maison
Du côté des cinquièmes, le fond est plus maîtrisé et les questions génèrent un intérêt plus important. Les 5e interrogées, se renseignent d’elles-mêmes car c’est un sujet qui leur tient à cœur. D’autres ont pu en savoir plus en conversant avec leurs parent·e·s et avec les enseignant·e·s. Encore une fois, la parole récemment libérée, notamment sur les réseaux sociaux, a un grand impact sur les élèves.
Certaines nous confient avoir déjà été victimes de sexisme, et ce dès leur plus tendre enfance. Malheureusement, il n’est pas rare que les premières remarques prennent naissance dans la cour de récréation.

La double face des réseaux sociaux
Pour ce qui est des 4e, ils ne connaissent du sexisme que les blagues partagées sur les réseaux sociaux telles que « la place des femmes est à la cuisine », qui les font toujours sourire timidement, et ont du mal à expliquer la définition du féminisme. Néanmoins, ce n’est pas une cause qu’ils souhaitent mettre de côté, et reconnaissent vouloir s’y intéresser davantage.

« On reçoit beaucoup plus de remarques sur nos tenues lorsque l’on est une fille »
Concernant les 3e, ces deux définitions demeurent beaucoup moins floues. Ils·elles semblent porter un grand intérêt au sexisme et au féminisme, notamment grâce à l’ampleur que les mouvements tels que le #lundi14septembre ont pris sur les réseaux sociaux.
Pour rappel, le #lundi14septembre est un mouvement né sur les réseaux sociaux visant à exprimer la colère que les étudiantes ont pu ressentir faces aux remarques déplacées vis à vis de leur tenues « pas assez républicaines ». Certaines font part des inégalités qu’elles ont pu ressentir : « On reçoit beaucoup plus de remarques sur nos tenues lorsque l’on est une fille, partout, et encore aujourd’hui en 2021 ».
Malgré l’intérêt que chaque élève semble porter au sexisme et au féminisme, ces deux sujets bien importants restent encore beaucoup trop flous, pourtant, ils nous concernent tou·te·s.
Les réseaux sociaux, bien souvent critiqués par nos aîné·e·s, ont pourtant été – pour la plupart des élèves – une grande source de connaissance et de documentation.

Si vous souhaitez en apprendre davantage, le compte Instagram @feministes_au_college géré par deux collégiennes d’Arcueil, est destiné à un public jeune. Il peut vous aider à mieux comprendre ces thématiques.

Maïda et Louise

A lire...

Samedi 8 octobre de 15h à 18h à l’accueil de loisirs P. Signac

Venez nous rencontrer le Samedi 8 octobre de 15h à 18h à l’accueil de loisirs …