Accueil | Culture/Loisirs | A la une | Festival Les écrans documentaires, édition 2019

Festival Les écrans documentaires, édition 2019

Du mercredi 13 au dimanche 17 novembre
Espace municipal Jean Vilar

Cette nouvelle édition du festival vous propose, du 13 au 17 novembre à l’espace Jean Vilar, près de 30 films documentaires inédits ou de patrimoine à travers une compétition internationale, des rencontres, des avant-premières, un parcours d’auteur et des programmations thématiques. Une restauration légère vous est proposée tout au long de la semaine.

 

– MERCREDI –

20h00 : soirée d’ouverture

« Talking about trees » de Suhaib Gasmelbari. Projection en avant-première.
Quatre retraités soudanais décident de rénover une vieille salle de cinéma à Khartoum pour transmettre leur passion du 7ème art et plus particulièrement le cinéma indépendant.

 

– JEUDI –

15h30 : « Les immigrés en France – le logement » de Robert Bozzi
Portraits de migrants d’origines diverses qui expliquent les raisons de leur venue en France.

Suivi de :

« Ils ont tués Kader » du collectif Mohamed
La rencontre entre une équipe de télévision et les jeunes d’une cité suite à la mort d’un jeune homme de Vitry.

19h30 : « Hitch, une histoire iranienne » de Chowra Makaremi. En présence de la réalisatrice.
Un retour sur l’exécution massive de milliers d’opposants au cours de l’été 1988 en Iran. Un événement pendant lequel la mère de la réalisatrice a disparu et qui est toujours un tabou pour la République islamique iranienne.

20h00 : « A lua platz » de Jérémy Gravayat
Le parcours de quelques familles roumaines entre solidarité et relégation.

21h30 : « La strada per le montagne » de Micol Roubini. En présence de la réalisatrice.
Un retour aux origines familiales pour la réalisatrice avec la recherche de l’ancienne maison de son grand-père dans la ville de Jamna en Ukraine.

 

– VENDREDI –

14h00 : projection de huit courts-métrages de Jean-Gabriel Périot
– « 21.04.02 »
– « We are winning, don’t forget »
– « Eut-elle été criminelle »
– « 200 000 fantômes »
– « Les barbares »
– « Nos jours, absolument, doivent être illuminés »
– « The devil »
– « Poor little white girls »

16h00 : « Nos défaites » de Jean-Gabriel Périot
Une étude de notre rapport au politique et plus précisément la vision que porte un groupe de lycéens sur notre monde et la nécessité ou non de le changer.

17h45 : rencontre avec le réalisateur Jean-Gabriel Périot et échange autour de son travail

19h30 : « Notre territoire » de Mathieu Volpe
Une plongée au cœur du ghetto italien de Rignano, de sa misère et de ses habitants.

Suivi de :

« Nothing to be afraid of » de Silva Khnkanosian
Le déminage par cinq femmes du corridor de Latchin situé entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. La nécessité et la dangerosité de leur action.

20h00 : « Milford Graves, full mantis » de Jake Meginsky et Neil Young
Un portrait de Milford Graves, pionnier de l’avant-garde jazz.

21h30 : « Paysage ordinaire » de Damien Monnier
L’évolution sur 50 ans d’une famille de paysans et du paysage qui les entoure.

 

– SAMEDI –

13h30 : « La vida en comun » d’Ezequiel Yanco
La vie d’une communauté amérindienne dans l’Ouest de l’Argentine.

15h00 : « Chez jolie coiffure » de Rosine Mbakam
Cameroun, Liban, Belgique. Trois pays composant le parcours migratoire de Sabine, gérante d’un salon de coiffure à Bruxelles en attendant sa régularisation.

15h30 : « Pahokee » de Patrick Bresnan et Ivete Lucas. Projection en avant-première.
Plongée au coeur du lycée de Pahokee, petite ville rurale du sud de la Floride, véritable lieu de cohésion pour ses habitants.

16h30 : « Les herbes folles » de Dounia Wolteche-Bovet
La fin de vie de la mère de la réalisatrice et en parallèle la naissance à venir de la fille de cette dernière.

18h00 : « La mer du milieu » de Jean-Marc Chapoulie en collaboration avec Nathalie Quintane. Projection en avant-première.
Exploration des deux rives de la Méditerranée par l’écrivaine et le réalisateur depuis leurs ordinateurs respectifs.

18h00 : « Sankara n’est pas mort » de Lucie Viver
Le parcours d’un poète burkinabé à travers le Burkina Faso après l’insurrection populaire de 2014. Les rencontres avec ses concitoyens, son rôle de poète, et l’héritage politique fort de l’ancien président Thomas Sankara.

20h30 : soirée de clôture
« Indianara » d’Aude Chevalier-Beaumel et Marcelo Barbosa. Projection en avant-première.
Résistance d’Indianara et de sa bande pour la survie des personnes transgenres au Brésil.

 

– DIMANCHE –

15h00 : projection de trois courts-métrages pour fêter les 50 ans du GREC (Groupe de Recherches et d’Essais Cinématographiques)
– « Les enfants du gouvernement » de Claude Lefèvre-Jourde et Josée Constantin
– « Entering indifference – lettres de chicago » de Vincent Dieutre
– « Je vous suis par la présente » de Jean Breschand

15h30 : reprise du film primé

17h00 : projection de trois courts-métrages pour fêter les 50 ans du GREC (Groupe de Recherches et d’Essais Cinématographiques)
– « Belle à jamais » de Laurette Lalande
– « Disciplinaire » d’Antoine Bargain
– « La forêt de l’espace » de Victor Missud

17h30 : « Solo » d’Artemio Benki
Le portrait de Martin, jeune pianiste virtuose et patient à l’hôpital psychiatrique du Borda en Argentine. Sa lutte contre la maladie et son désir de composer sa prochaine œuvre Enfermaria.

 

Tarifs
Séance à l’unité : 5.20€ (plein) / 4.75€ (réduit)
Pass festival : 20€ (plein) / 15€ (réduit)

Renseignements et réservations : 01 41 24 25 55
jeanvilar-accueil@mairie-arcueil.fr

A lire...

Personnage en papier

Spectacle autour du livre pop-up le 27 novembre

Que deviennent les ballons lâchés dans le ciel ? La Compagnie d’Objet Direct Mercredi 27 novembre …