Hommage à S. Paty : l’allocution du maire

Hommage a Samuel Paty – mercredi 21 octobre 2020
Intervention de Christian Métairie, maire d’Arcueil

►Lire aussi en bas de cette page l’hommage de Laurence Savart, principale du collège Dulcie September

Madame, Monsieur,

hommageNous sommes réunis, aujourd’hui, devant le collège d’Arcueil pour témoigner.

Témoigner tout d’abord de notre soutien et de notre solidarité à la famille et aux proches de Samuel Paty.

Je vous propose tout d’abord une minute de silence, comme moment de recueillement à la mémoire de ce professeur de collège assassiné sauvagement parce qu’il avait tout simplement fait son travail.

———————————————

hommage hommageCe collège, devant lequel nous nous trouvons, s’appelle Dulcie September, en témoignage à cette femme, enseignante, qui toute sa vie s’est battue pour la liberté. Tout un symbole.

———————————————

C’était vendredi matin, il est parti de chez lui sûrement comme tous les matins.
C’était vendredi soir, après son dernier cours à quelques pas de son collège, il a rencontré la mort !
C’était Samuel Paty.

La folie d’un homme qui au nom d’une idéologie meurtrière, dévoyant une religion de Paix, l’a monstrueusement assassiné.

Par son acte criminel infâme, cet homme a jeté l’opprobre sur des millions de nos concitoyens qui n’aspirent qu’à vivre paisiblement leur religion au sein de notre République.

Ne nous divisons pas !

L’extrémisme religieux n’a pas sa place dans une société démocratique régie par l’Etat de droit. Le débat, la justice et la liberté d’expression, sont des acquis à valeur universelle contre le glissement obscurantiste des sociétés.

Le terrorisme  prôné par un Islam radical  vient  cette fois de frapper la transmission humaine du savoir. Tuer un enseignant, c’est tuer l’ambition émancipatrice d’ouvrir les enfants au monde et de bâtir le monde de demain.

 

Lors de la promulgation de la loi du 28/03/ 1882 qui rendait l’instruction primaire obligatoire et participait à la laïcisation de l’enseignement public. Jules FERRY écrivait : « Cette loi a pour premier objet de séparer l’école de l’église, d’assurer la liberté de consciences des maitres et des élèves, et de distinguer enfin 2 domaines trop longtemps confondus : celui des croyances qui sont libres et personnelles et celui des connaissances qui sont communes et indispensables à tous. »

Cette phrase raisonne particulièrement face au terrible drame qui touche notre pays aujourd’hui.

Cet acte inimaginable nous plonge dans une douleur et un désarroi immense et surtout les mots nous manquent face à l’atrocité de ce crime.

Samuel PATY, professeur d’histoire et de géographie a été assassiné parce qu’il remplissait sa mission de forger l’esprit critique et civique de future.es citoyenn.es et ce quelles que soient leurs croyances ou origines ;

Cet enseignement républicain inclut bien évidement la transmission du savoir, de la connaissance, de la liberté de penser mais aussi de la liberté de mettre en doute.

Si la reconquête républicaine ne passe pas seulement par l’école, elle passe d’abord par l’école, se creuset du vivre ensemble.

Car le vrai danger pour tous les fanatismes quels qu’ils soient s’appellent Education et Culture.

Nous devons toutes et tous, ensembles, faire union et nous atteler à renforcer les fondements d’une république laïque, démocratique, soucieuse de continuer de vivre ensemble   afin de surmonter collectivement et solidairement cette terrible épreuve.

Samuel Paty voulait seulement enseigner, il voulait seulement transmettre un savoir, faire réfléchir, faire émerger la liberté de s’exprimer, faire jaillir l’esprit critique !

Samuel Paty est mort d’avoir enseigné !

A ce moment très précis, où nous lui rendons hommage, n’oublions jamais que cet homme a perdu la vie parce qu’il voulait que des enfants construisent la leur.

L’école c’est le lieu où on doit combattre l’ignorance, où on doit apprendre à se construire, où on doit apprendre à regarder l’autre et à accepter sa différence, à comprendre que l’autre peut penser autrement.  Que l’autre peut croire…. ou ne pas croire. C’est la laïcité, qui est au cœur de notre république !

Mais l’école à elle seule ne peut pas tout faire, nous, parents, citoyens, élus nous sommes responsables des lendemains qui arrivent, nous sommes responsables de la société dans laquelle nous vivons…

Les valeurs républicaines ne sont pas négociables parce qu’elles sont la garantie du vivre en commun, elles ne sont pas négociables parce qu’elles sont le socle de notre avenir.

Nous devons tous être les remparts à l’obscurantisme quel qu’il soit. Nous sommes les gardiens de la société de demain pour que nos enfants puissent jouir de toutes les libertés.

Notre devise sur le fronton de nos mairies, Liberté, Égalité, Fraternité ne doit pas rester de vains mots, chaque jour nous devons la mettre en œuvre.

 

L’allocution de Laurence Savart, principale du collège Dulcie September

Nous sommes en deuil.

Samuel Paty a été sauvagement assassiné pour avoir pleinement mené sa mission d’éducation. Il a été victime du pire des obscurantismes car son métier était d’éclairer les consciences et de former l’esprit critique de futurs citoyens dans une France respectueuse de toutes les convictions et de toutes les croyances. 

Ce crime insupportable visait à frapper le droit à la caricature, la liberté d’expression, la laïcité mais aussi notre mission d’éveil des consciences à la liberté de penser par soi-même, piliers essentiels de l’enseignement que la République doit à ses citoyens.

L’émotion est si forte dans le pays car toute vie est infiniment précieuse, mais aussi car une nouvelle fois c’est la liberté d’expression et le principe de laïcité, tels que nos lois, notre volonté commune et notre histoire les conçoivent, qui sont violemment mis en cause.

Face à l’horreur, l’école doit plus que jamais continuer à remplir sa mission avec le plein soutien des pouvoirs publics, la présence des parents aux côtés des enseignants dans le respect du principe partagé que le contenu des savoirs de l’école de la république est non négociable. 

Notre jeunesse est belle et forte de sa diversité, de son métissage, de la pluralité de ces croyances et non croyance. C’est afin de continuer à éduquer des esprits libres et respectueux que dès le 2 novembre toute l’équipe enseignante, éducative et administrative de Dulcie September sera là pour remplir sa mission de transmission du savoir et de défense des valeurs d’égalité, de liberté et de fraternité dans le respect de la laïcité et de la neutralité.

 

A lire...

Communiqué sur les personnes sdf aux 4 chemins

Les sans-domicile fixe aux Quatre chemins : un accompagnement social difficile mais vital La ville …