decoration

CONTACT | 01 46 15 27 54
mission-citoyennete@mairie-arcueil.fr
Ville

Monter l’opéra Brundibar

Descriptif

Nous proposons de monter l’opéra Brundibar, de Hans Krasa, avec des jeunes de primaire et/ou de collège. Ces jeunes peuvent donc avoir été initiés à la musique, mais nous aimerions que des jeunes ne pratiquant pas d’instrument s’inscrivent aussi dans ce projet, puisque notre démarche est avant tout celle d’une démocratisation de la musique. Des jeunes pratiquant d’un instrument pourraient prendre en charge la partie orchestrale.
Brundibar est un opéra composé par Hans Krasa, à la suite d’un concours du ministère de l’éducation et la culture tchèque en 1938. Suite aux événements politiques, ce concours est annulé. Des répétitions se mettent tout de même en place en 1941 dans l’orphelinat juif de Prague. Le 10 août 1942, Hans Krasa est déporté au camp de concentration de Theresienstadt. La plupart des enfants de l’orphelinat connaîtront le même sort. A Theresienstadt, Hans Krasa réécrit l’opéra pour les instruments présents dans le camp à l’aide de quelques partitions pour piano et de sa mémoire. Le 23 septembre 1943 est donnée la première représentation de Brundibar dans le camp de Terezin. 55 autres suivront. Hans Krasa, ainsi que la plupart des enfants qui ont chanté cet opéra à Terezin, ont été déportés et gazés à Auschwitz.
Nous pouvons prendre en charge tous les aspects de ce projet, mais trouverions plus intéressant de faire participer différents acteurs de la ville d’Arcueil. Le conservatoire pourrait par exemple intervenir, ainsi que des associations de musique, pour faire répéter une partie de l’opéra aux enfants. Des associations de danse pourraient aussi s’inscrire dans ce projet : il serait en effet très intéressant d’intégrer la danse dans la mise en scène, puisque le mouvement est ce qui permet de mettre le tyran Brundibar, dans l’opéra, hors d’état de nuire. Et, puisqu’il s’agit d’un opéra, les associations de théâtre pourraient elles aussi prendre part au projet. Pour la création des décors et des costumes, nous pourrions faire participer certaines associations, et des artisans locaux. Les établissements scolaires pourraient aussi s’inscrire dans ce projet, puisque l’opéra Brundibar permet d’aborder de nombreuses notions ; nous pourrions donc avoir, avec les équipes pédagogiques qui le voudraient bien, une réflexion collective sur les ponts qui peuvent être établis entre leurs enseignements et notre projet, co-construire le projet, voir quels sont les référentiels pédagogique possibles (littérature, musique, histoire). Nous pouvons aussi imaginer un partenariat avec des services techniques municipaux. Pour résumer, la ville d’Arcueil comporte de nombreuses associations, nous aimerions pouvoir les mettre en relation par ce projet.
De plus, ce projet serait l’occasion d’organiser des rencontres, en établissement scolaire ou dans un autre lieu, avec des rescapés de la Shoah, pour entendre leurs précieux témoignages.

Localisation du projet : dans les théâtres et établissements scolaires d’Arcueil

Estimation du coût du projet : 20 000 euros

Le suivi de la mission citoyenneté

Le projet ne rentre pas dans les critères de recevabilité du budget participatif, car il mobilise pour l’essentiel des crédits de fonctionnement. Or en vertu de l’article 6, alinéas 3,8 et 10, ne sont éligibles au budget participatif que les investissements correspondant à des aménagements de proximité ne nécessitant pas de frais de fonctionnement.