decoration

CONTACT | 01 46 15 27 54
mission-citoyennete@mairie-arcueil.fr
Quartier Laplace
Un nouvel éclairage pour le théâtre de l’Epopée

Descriptif

Demande de financement pour l’installation d’une régie (pupitre adaptée et 40 projecteurs) pour des lumières en LED (plus économique et écologique). L’installation actuelle consomme beaucoup et donne de coups de chauds aux spectateurs comme aux acteurs. L’idée est de réduire notre emprunte carbone pour notre ville et notre planète. Cette salle est inscrite dans le patrimoine culturel de la ville et elle doit entrer dans le futur par la grande porte.
Petit rappel historique de la salle du théâtre de l’Epopée au Bahut
En 1990, Claire-Lise Charbonnier, cofondatrice de la Compagnie Charbonnier-Kayat (1962-1983) et Mahmoud Shahali, comédien au Théâtre du Soleil, se rencontrent lors des Rencontres Charles Dullin où ils font partie du jury. Dès lors une grande complicité artistique prend cœur autour d’un projet colossal, « Shâhnâmeh » d’après l’oeuvre de Hakim Abolghâssem-é-Ferdowssi-é-Toussi (Prix Beaumarchais 1993), qui deviendra le projet fondateur du Théâtre de l’Épopée. Ils rassemblent autour d’eux comédiens, musiciens, scénographes, costumiers, techniciens,… d’origines et de cultures différentes, de divers horizons théâtraux ; et ainsi, en décembre 1991, naît le Théâtre de l’Épopée. Ceux qui s’impliquent dans ses projets sont unis par le même désir : œuvrer pour un théâtre universel qui, plongé dans un monde de violence et de déchirement, multiple et complexe, cosmopolite où les identités se cherchent, se propose de porter témoignage sur l’aventure humaine dans toutes ses dimensions et composantes, en étant l’expression de ses traditions, de ses passions et de ses aspirations. “Le Bahut”, où la compagnie s’est installée avec d’autres associations en 1997, est devenu, grâce à l’énergie collective, un lieu vivant de recherche et de fabrique théâtrale, mais aussi de rencontres et d’échanges culturels.

Localisation du projet : Le Bahut – 18 avenue du Président Allende

Le suivi de la mission citoyenneté

Ce projet ne peut être traité dans le cadre du budget participatif, car il ne répond pas à l’article 6 / alinéas 1 et 7 du règlement qui indique que le budget participatif prend en charge des projets qui se mettent en place sur le domaine public ou/et qui touchent « le plus grand nombre ». Dans ce cadre, il doit être d’intérêt général et donc bénéficier au plus grand nombre de citoyens en apportant une plus-value au quartier ou à la ville, et non pas financer un projet ne concernant qu’un public restreint et spécifique d’utilisateurs, comme c’est le cas en l’occurrence.