Accueil | Culture/Loisirs | A la une | Programme : Je me souviens de mars à juillet 2018

Programme : Je me souviens de mars à juillet 2018

2018 est l’année du 30e anniversaire de l’assassinat de Dulcie September et 100e anniversaire de la naissance de Nelson Mandela. Pour rendre hommage à ces figures emblématiques de l’Afrique du Sud, la ville d’Arcueil se met aux couleurs du pays et propose un parcours artistique et culturel, en partenariat avec les associations arcueillaises.

Cliquez ici pour télécharger le programme (PDF)

Vendredi 9 mars à 12h15
Midi des Mots avec Jacqueline Dérens
En lien avec le spectacle Cold case : revisiting Dulcie September, présenté le 23 mars à l’espace municipal Jean Vilar,  présentation de la pièce de théâtre et la vie de Dulcie September.
La Maison des solidarités • Gratuit, sur réservation au 01 46 15 09 77, suivi d’un buffet


Lundi 19 mars à 20h
Carte blanche à… Jacqueline Dérens
Dans le cadre de l’Université Populaire d’Arcueil
Conférence-débat sur la vie de Dulcie September, combattante pour la liberté et sur la place des femmes dans la lutte de libération contre l’apartheid. Jaqueline Dérens a publié Les voix des veuves de Marikana, édition Clara Magazine, 2015, Dulcie September, une vie pour la liberté, coédition Non lieu, 2012, et Nous avons combattu l’apartheid,  Editions Non Lieu, 2006.
Anis Gras • Entrée libre


Du mardi 20 au samedi 31 mars
Vernissage – mardi 20 mars à 18h30
Autour de la mémoire de Dulcie September
Cette exposition retrace les différents temps de commémorations à Arcueil et à Paris auxquels l’association Ifafe comité d’Arcueil a participé depuis les disparitions de Dulcie September et Nelson Mandela.
Centre Marius Sidobre • Entrée libre
Horaires d’ouverture : du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 13h30 à 20h et le samedi de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h


Vendredi 23 mars à 20h30
Spectacle
Cold case : revisiting Dulcie September
Kaggen Moon Productions
Avec : Denise Newman – Mise en scène : Basil Appollis – Texte : Sylvia Vollenhovent et Basil Appollis
Denise Newman, actrice sud-africaine, se plonge dans l’histoire de l’Afrique du Sud, et plus particulièrement celle d’une petite fille métisse qui a sacrifi é sa vie pour son pays. En s’appuyant sur des témoignages de proches, la pièce retrace la vie de Dulcie September, son enfance, ses rapports avec son père, sa rencontre avec Betty van der Heyden et le début de son engagement. Sa  lutte contre l’apartheid la conduit en prison, avant de partir en exil à Londres, puis à Paris où elle est assassinée le 29 mars 1988.
Espace municipal Jean Vilar • Tarifs : 14 € / 8 € / 4 € • Réservations : 01 46 15 09 77
Spectacle en anglais sur-titré en français, tout public à partir de 14 ans


Du mardi 27 mars au mardi 3 avril
Ciné-débat – mercredi 28 mars en présence de Denise Newman
Disgrace de Steve Jacobs
Avec : John Malkovich, Natalie Becker, Antoinette Engel, Denise Newman
Drame, Afrique du Sud, Australie, 2010, 1h59
David Lurie est renvoyé de son poste de professeur de poésie à l’université du Cap, suite à sa relation avec une de ses  étudiantes. Il part s’installer chez sa fille, Lucy, dans une région montagneuse, où il faut se plier à toutes sortes de compromis pour vivre tranquille.
L’équilibre de la cohabitation bascule le jour où David et Lucy subissent une agression révélatrice de la violence qui règne dans  la période post-apartheid du pays. David prend alors conscience de son impuissance à agir sur le monde et de la violence faite aux femmes dans la société.
Espace municipal Jean Vilar • Tarifs : 5,20 € / 4,75 € / 3,65 €
Renseignements 01 41 24 25 55


Du mardi 27 mars au vendredi 6 avril
Vernissage – jeudi 29 mars à 19h30
24 heures de la vie de Nelson Mandela de Patrice Chambrier
« Il y a 100 ans, le 18 juillet 1918 naissait un homme qui, depuis, est devenu un symbole et une icône. J’ai imaginé ce qui a pu traverser son esprit, autant dans ses rêves qu’au fil de ses actes et de son histoire, en un bref résumé de 24 heures. 24 tableaux-moments de réflexion intemporelle sur nos rapports avec les autres et notre façon de concevoir la vie. En m’inspirant de la vie  de Nelson Mandela et après un long travail de documentation, j’ai abordé plusieurs thèmes directement liés à son histoire et  son impact sur chacun de nous. »
Exposition conjointe avec les oeuvres des élèves de 5eD et de 6eC de Johann Lioger, enseignant d’arts plastiques du collège Dulcie September d’Arcueil, réalisées avec l’artiste.
Galerie du collège Dulcie September • Entrée libre
Horaires d’ouverture de l’exposition les lundi, mardi, jeudi et vendredi de 15h à 17h, et le mercredi de 14h à 15h30.
Plan vigipirate : pour rentrer merci de vous munir d’une pièce d’identité.


Jeudi 29 mars
Commémoration
30e anniversaire de l’assassinat de Dulcie September
A 18h : Commémoration officielle devant la plaque au 7 avenue de la Convention
A partir de 19h30 : Projection du documentaire Qui se souvient de Dulcie September ? de François Gauducheau, inauguration
de l’oeuvre de Daniel Eime représentant Dulcie September, vernissage de l’exposition 24 heures de la vie de Nelson Mandela de Patrice Chambrier, impromptus musicaux de Sam Tshabalala, exposition Qui a tué Dulcie September ? des élèves du club  d’histoire du collège.
La soirée aux tonalités sud-africaines sera ponctuée de surprises, avec la participation des élèves du collège, de danseurs de  l’association Acadom, et de la chorale Les Voici faire un son.
Collège Dulcie September • Entrée libre, sur réservation au 01 46 15 09 98


Du mardi 10 avril au samedi 5 mai
Vernissage – mardi 10 avril à 18h30
Finissage dansé – samedi 5 mai de 14h à 18h avec l’association Coeur des Antilles
Frontline de Bruce Clarke
Photographe et plasticien né à Londres en 1959 et d’origine sud-africaine, Bruce Clarke a étudié les Beaux-arts en Grande Bretagne. Ses parents ont quitté l’Afrique du Sud en 1958.
Pendant son enfance il a côtoyé des personnes engagées ayant fui le racisme, l’injustice et la ségrégation raciale. En 2002, il a été invité par le Conseil départemental de Guadeloupe, suite à cette résidence, il a réalisé une exposition : Fragments d’une Histoire de Demain, qui traite du lien entre l’esclavage, le colonialisme et la mondialisation.
Bruce Clarke a participé pendant de nombreuses années, aux côtés de Jacqueline Dérens, à la Rencontre nationale contre l’apartheid – mouvement de lutte contre l’apartheid – dont le siège se situait à Arcueil.
Depuis une vingtaine d’années, il travaille sur des lieux de mémoire au Rwanda en hommage aux victimes du génocide des Tutsis. Il a publié Dominations, un livre qui dévoile par le texte et l’image que l’histoire n’est qu’une série de dominations orchestrées par une minorité au détriment d’une vaste majorité, et plus récemment Fantômes de la mer, qui incite à regarder autrement les migrants disparus en Méditerranée.
Anis Gras • Entrée libre
Horaires d’ouverture de l’exposition du mardi au vendredi de midi à 18h et les samedis de 14h à 19h


Du mardi 17 avril au samedi 5 mai
Dans le viseur de l’Apartheid : Mandela par Schadeberg de Jürgen Schadeberg
Commissaire d’exposition : Olivier Sultan
Il a embarqué en 1950 sur un bateau à vapeur en direction du Cap.
Aujourd’hui, Jürgen Schadeberg est considéré comme l’un des principaux photographes de l’histoire de l’Afrique du Sud. Ses portraits d’un Nelson Mandela courageux, souriant, digne, ont révélé très tôt la grandeur d’âme du futur « Madiba ».
Né à Berlin en 1931, Schadeberg a accompagné la lutte de Mandela contre l’apartheid et pour la démocratie pendant plus de 60 ans. Une sélection de ses photos autour du combat de Nelson Mandela est présentée.
Anis Gras • Entrée libre
Horaires d’ouverture de l’exposition du mardi au vendredi de midi à 18h et les samedis de 14h à 19h


Du mardi 15 au samedi 26 mai
Vernissage – mardi 15 mai à 19h
Black is toujours beautiful (extraits) de Mustapha Boutadjine
Né en 1952 à Alger, Mustapha Boutadjine est un peintre, affichiste et designer algérien. Artiste engagé, il soutient les causes de Leonard Peltier et Mumia Abu-Jamal. Cette exposition présente plusieurs portraits de personnalités ayant des liens forts avec l’Afrique du Sud tels Dulcie September ou Miriam Makeba, ou incarnant la lutte contre la ségrégation raciale tels Rosa Parks ou Toussaint Louverture. La technique inventée de l’artiste composée de graphisme/collage de papiers ou de journaux déchirés  dévoile avec brio de véritables portraits-mosaïque de personnalités qui continuent à marquer notre temps.
Médiathèque Louis Pergaud • Entrée libre
Horaires d’ouverture de l’exposition le mardi de 15h30 à 20h, le mercredi de 10h à 18h, les jeudi et vendredi de 15h30 à 18h et le samedi de 10h à 13h et de 14h30 à 18h30
Avant-goût à l’espace municipal Jean Vilar • Du vendredi 23 mars au lundi 2 avril


Samedi 19 mai à 16h
Projection du film Bouts de vie, bouts de rêves, suivie d’une rencontre avec le réalisateur Hamid Benamra et l’artiste Mustapha Boutadjine.
Le réalisateur Hamid Benamra opère un véritable collage cinématographique, faits d’archives et parcouru de poésie, de musique et de petites séquences de tournage, pour dresser un portrait de Mustapha Boutadjine, reprenant en fi ligrane la vie culturelle de l’Algérie des années 1970 et 1980.
Médiathèque Louis Pergaud • Entrée libre

Du mardi 15 au samedi 26 mai
Mandela un homme comme on les aime de Caroline Gueye
Commissaire d’exposition : Olivier Sultan
Caroline Gueye est passionnée par le dessin depuis son enfance. Son oeuvre englobe des portraits au crayon à papier, des  tableaux abstraits au pastel, en acrylique, en métal. Elle crée aussi des installations de grandes dimensions dans différents matériaux et des sculptures en fer. L’artiste s’inspire entre autre de sujets d’actualités ou encore de son parcours de physicienne.
Cette exposition présente quatre portraits expressifs, dessinés avec fi nesse au crayon de papier, de Nelson Mandela et Frantz Fanon. Une oeuvre participative invite les visiteurs à écrire leurs impressions ou leurs émotions.
Médiathèque Louis Pergaud • Entrée libre
Horaires d’ouverture de l’exposition le mardi de 15h30 à 20h, le mercredi de 10h à 18h, les jeudi et vendredi de 15h30 à 18h et le samedi de 10h à 13h et de 14h30 à 18h30


Mardi 22 mai à 19h
Conférence
L’Afrique du Sud en littératures par Georges Lory
Georges Lory, ancien co-directeur de RFI, a suivi la mutation de l’Afrique du Sud de 1990 à 1994 en tant que conseiller culturel à l’ambassade de France à Pretoria, puis, depuis 2009, comme délégué général des Alliances françaises. De l’afrikaans ou de l’anglais, il a traduit plusieurs écrivains sud-africains : Gordimer, Krog, Matlwa, Meyer, Breytenbach, Botha, Coetzee, Ndebele, … Il a publié L’Afrique du Sud, Karthala – RFI, 2010, et Afrique australe. L’Afrique du Sud, ses voisins, leur mutation, Editions Autrement, 2000.
Médiathèque Louis Pergaud • Entrée libre


De juin à septembre
Vernissage – jeudi 14 juin à 18h
Les liens entre Arcueil et l’Afrique du Sud Exposition participative
Commissaire d’exposition : Jacqueline Dérens
Suite à une collecte de témoignages et en s’appuyant sur des ressources locales (documents, enregistrements, photos) présentes au sein des archives de la ville, des associations ou chez les particuliers, l’exposition retrace les liens et les actions entre Arcueil et l’Afrique du Sud, le passage de Dulcie September, l’accueil de Nelson Mandela par Marcel Trigon en 1996, la création de la Rnca …
Hôtel de ville • Entrée libre
Horaires d’ouverture au public : les lundi, mercredi et vendredi de 9h à 12h et de 13h30 à 17h30, le mardi de 9h à 17h et le jeudi de 13h30 à 19h


Samedi 1er décembre
Le pays arc-en-ciel de Mandela
L’association Ifafe comité d’Arcueil propose une conférence-débat sur le racisme et ses diverses formes.
Centre Marius Sidobre • Entrée libre
Renseignements au 01 49 69 06 26

Coordonné et réalisé par la ville d’Arcueil. Les expositions sont proposées par la galerie municipale Julio Gonzalez – Hors les murs.
En partenariat avec le collège Dulcie September d’Arcueil, Anis Gras, La Maison des solidarités d’Arcueil, les Voici faire un son et les associations Renapas, Acadom, Coeur des Antilles, Femmes solidaires et Ifafe comité d’Arcueil.
Avec le soutien de l’ambassade d’Afrique du Sud.

A lire...

une femme qui regarde un squelette de dinausore

Femmes en résistance à l’oubli

29 et 30 septembre à Jean Vilar