Secteur Hôtel de Ville / Convention

Deux secteurs distincts

  • Autour de l’Hôtel de Ville, un secteur de mutation sur lequel définir des propositions opérationnelles
  • Autour de la rue de la Convention, un périmètre de réflexion à plus long terme. Une vocation, une manière de penser l’évolution à déterminercarte des secteurs Hôtel de Ville et Convention

Un constat général

 

Une image peu valorisante, un manque de dynamisme et d’attractivité

Un certain isolement vis-à-vis du reste de la ville et notamment des principaux lieux d’animation (centre ancien, pôle Gare RER).

 

Deux objectifs

 

1. Cerner les possibles en terme d’évolutions

 

2. Identifier les déterminants et les points d’appui à l’évolution des deux secteurs

 

Diagnostic

  • Une situation singulière :

Deux temps de l’urbanisation de la ville

 

Autour de la rue de la Convention, une évolution du quartier liée à la Bièvre.

Un développement se concentrant à l’ouest de la vallée jusqu’au début du XXème

Autour du secteur Hôtel de Ville, un secteur de transformation plus récent (années 60) réalisé sur une infrastructure et « déconnecté » du reste de la ville

 

Un secteur en marge des transformations de la ville

 

Des interventions récentes aux franges de la ville

 

– La ZAC de la Vache Noire et des Portes d’Arcueil

– Le quartier du Chaperon Vert

– La ZAC du Coteau

 

Ailleurs, une ville constituée sur laquelle les moyens d’actions sont plus resserrés, plus longs et plus complexes

 

Une topographie très marquée sur le site

 

Topographie secteur Hôtel de VilleUne qualité paysagère :

-la préservation de cônes de vues sur des éléments singuliers (Aqueduc, cimetière)

-la mise en évidence du relief et de la profondeur du tissu

-une manière de construire respectant la lisibilité de la vallée

L’avenue de la Convention : un lien nord – sud majeur à l’échelle de la ville à affirmer

Un certain isolement du fond de vallée : un travail de couture urbaine à mener entre Convention et la trame majeure (RD61)

 

 

 

topographie en coupe
.

 

L’enjeu de l’ouverture de la Bièvre

Quels liens avec le projet d’ouverture de la Bièvre ?

 

Trois secteurs distincts :

 

– Au nord, un projet associé au parc départemental du Coteau

– Autour de l’îlot Doumer / Convention / Gal Leclerc : une valorisation à déterminer : un cheminement public ? Une plus large ouverture ? Une évocation de l’eau ?

– Sur l’avenue de la Convention, des contraintes de gabarit très fortes

 

La qualité des espaces publics

Sur Convention :

 

– Une faible fréquentation du piéton

– Des nuisances importantes

– La mise en évidence de problèmes spécifiques (parvis de l’école…)

 

Des objectifs :

 

– une réduction de la place de la voiture

– une plus grande largeur de l’espace piéton,

– une nouvelle qualité paysagère…

 

… associés à une évolution de ces façades.

 

Les équipements, points d’appui à la démarche

Une offre diversifiée et des équipements de rayonnement extra-communal

 

– Une spécificité culturelle (Anis Gras, « le Bahut », la médiathèque, la galerie Gonzalez…).

 

Le périmètre : nombreux équipements culturels dans ce fond de vallée

 

– Notamment une « concentration » des équipements culturels dans ce fond de vallée et la présence des lieux de patrimoine

 

– 2 Centralités,  historique et administrative

 

Un secteur de projet

 

– Autour de l’Hôtel de Ville : extension Hôtel de Ville, Galerie Gonzalez, PIJ

– Les activités et commerces, un potentiel de mixité urbaine

– Une population moins « dynamique » que le reste de la commune

– L’habitat, un tissu mixte inégalement peuplé

– Un contexte bâti diversifié mais des îlots peu qualifiés

 

Les activités et commerces, un potentiel de mixité urbaine

Un contexte dynamique à Arcueil – Une mixité sur le périmètre caractérisée plutôt par les activités

 

– Augmentation des établissements et effectifs sur la commune de 1997 à 2007

–  Un taux d’emploi (emplois/actifs résidents) qui ne cesse d’augmenter :   1,3 en 1999,   1,4 en 2006  (CAVB 0,76)

 

Le secteur d’études se situe entre deux pôles commerçants :

– 106 établissements économiques au total sur le secteur

– 66 activités « visibles » sur le terrain

– Dont 26 activités artisanales ou de services

 

Les enjeux

  • Enjeu de centralité : combler un déficit d’activités et de commerces sur le secteur Hôtel de ville ?
  • Maintenir la mixité urbaine sur le secteur Convention
  • Requalifier l’image des activités présentes
  • Compléter l’offre par des lieux de vie, supports d’animation

 

Une population moins dynamique que le reste de la commune

Regain démographique à Arcueil de 1999 à 2006

– De 8 078 à 8 680 ménages

–   De 18 064 à  19 129  habitants

–  2,2 habitants par ménage

Une perspective de consolidation démographique affichée par la Ville

Sur le secteur d’étude : 2035 habitants, 11% de la population d’Arcueil

Plutôt moins d’actifs que sur le reste de la commune : taux d’activité : 65% contre 75% sur la commune.

 

Habitat : un tissus mixte, inégalement peuplé

Caractéristiques d’arcueil

– 9 136 logements en 2006

–  Une présence toujours forte de petits logements (37% de 1, 2 pièces)

–  Contre 33% en CAVB (23% dans le département)

–  46% de logements sociaux

–  75% de logements collectifs

Des objectifs de construction ambitieux

PLH : 195 logts/ an d’ici 2014

Comment le périmètre d’étude s’inscrit-il dans cette dynamique ?

Sur le périmètre : 925 logements (10% d’Arcueil)   dont 326 logements sociaux (35%), mais concentrés au sud

Une répartition inégale du nord au sud : un secteur nord avec un habitat pavillonnaire ou de type faubourien vs les îlots du sud caractérisés par le logement collectif, à dominante sociale

Individuels (nord) / collectifs (sud)

Propriétaires (nord / locatifs (sud)

 

  • Un enjeu de « rééquilibrage » de densité entre le nord et le sud ?
  • Plus d’habitants sur le secteur Hôtel de Ville ?
  • Maintien de la diversité urbaine sur le secteur Convention

Un contexte bâti diversifié, mais des îlots peu qualifiés

Le secteur Hôtel de Ville

  • Des atouts

La concentration d’équipements administratifs, une « centralité » reconnue

La proximité de la Gare RER Laplace

La présence de plusieurs lieux déjà présents, à valoriser et susceptibles de faire évoluer l’image et l’intensité du secteur : la marché, la Galerie Gonzalez.

  • Des dysfonctionnements et des contraintes

Une faible animation générale du site

La présence d’activités peu valorisantes

La faible qualité de l’espace public, des difficultés de stationnement

 

 

 

 

SYNTHESE DES ENJEUX

UN ENJEU DE CENTRALITE

  • Regagner de l’attractivité sur l’ensemble du périmètre
  • Valoriser les différentes polarités, rechercher les complémentarités en termes d’offre
  • Enjeu des liaisons physiques entre ces polarités (liaisons nord – sud)
  • Préciser les vocations des différents secteurs
  • Valoriser des vues, des ouvertures sur le paysage de la vallée et le ciel

 

Synthèse des enjeux urbains

Secteur Convention Nord

– Requalification générale du bâti, résorption des friches

– Evolution de certaines activités peu valorisantes

– Rééquilibrage démographique

Secteur Convention Sud

– Mise en cohérence des espaces publics

– Définition des deux projets d’entrée de ville au sud

– Animation globale du « centre historique »

Interface Hôtel de Ville / Convention

– Valorisation du cadre résidentiel existant

SECTEUR HOTEL DE VILLE

Enjeux

– Un enjeu d’image (physique, symbolique)

– Un enjeu de franchissement (sécurité, liaisons)

– Un enjeu d’attractivité : « raccrochage » à la dynamique de Laplace/ continuité commerciale ?

– Renforcement de la vocation pluri-fonctionnelle (habitat, commerces, activités ?)

– Amélioration de l’habitat et de l’image des îlots de la vallée (vues)

– Réduire la place de la voiture

Programme

– extension Hôtel de Ville, déplacement galerie Gonzalez et ateliers d’artistes

– habitat, activités et commerces ?

Synthèse des enjeux

 

A lire...

Renaissance de la Bièvre: le discours du maire le 6 juillet 2019

Prise de parole de Christian Métairie, maire d’Arcueil, le 6 juillet 2019 pour le lancement des travaux …