Accueil | La Ville | Histoire et patrimoine | Toute la lumière sur l’Aqueduc

Toute la lumière sur l’Aqueduc

Depuis mars 2009, l’aqueduc d’Arcueil-Cachan dessine une ligne lumineuse dans la nuit, visible de plusieurs kilomètres.

aqueduc de nuit

Des ouvriers-alpinistes ont installé près de trois cents appareils diffuseurs de lumière, pour mener à bien ce projet dont le montant est estimé à 450 000 euros. Il est financé en majorité par la Communauté d’agglomération du Val-de-Bièvre, mais aussi par la Ville de Paris, propriétaire de l’édifice, et Eau de Paris, son exploitant, à hauteur de 25 000 euros chacun. L’édifice, qui est à l’origine du nom d’Arcueil, sera illuminé dès la nuit tombée jusqu’à minuit.

L’éclairage de l’aqueduc a été planifié pour que ni les habitations situées à proximité de l’édifice, ni les plantes ou les animaux, ne subissent de pollution lumineuse. Il est réalisé à deux niveaux : d’une part au niveau de la face interne des arches Médicis et Belgrand, et deuxièmement au niveau du parapet. L’éclairage des arches s’effectue en contre-plongée, c’est-à-dire qu’il est placé à la base des arches, à 2,80 mètres du sol, et n’éclaire que leur face interne. Chaque arche est équipée de part et d’autre de sa base, de deux appareils composés de néons équipés de réflecteurs, diffusant une lumière abricot-orangée, dont les flux lumineux se rejoignent au sommet interne de l’arche. Il faut au total 142 appareils pour éclairer la totalité des arches, appareils dont la durée de vie est estimée à 20 000 heures.

En ce qui concerne l’éclairage du parapet, il est réalisé grâce à l’installation de 156 diodes électroluminescentes, appelées aussi LEDS, de part et d’autre de l’aqueduc sur toute sa longueur. Cette fois-ci, la lumière diffusée est bleu-verte, et une variation de son intensité donne un effet d’ondulation. Ces diodes, d’une puissance de 1 watt, ont une durée de vie estimée à 50 000 heures.

L’alimentation électrique nécessite 9 930 mètres de câbles, fixés au-dessus de la corniche Médicis, reliés à deux armoires, l’une située rue Paul Bert, l’autre rue Emile Raspail. La puissance totale de l’éclairage est de 12 kilowatts.

Sandra Deruère et Cécile Gendre

A lire...

Programme des chemins de la mémoire

De janvier à mai 2020