Accueil | Habitat/Urbanisme | Grands Projets | Un projet innovant pour le Coteau

Un projet innovant pour le Coteau

Les lauréats du concours « inventons la Métropole du Grand Paris » ont été dévoilés le 18 octobre 2017. Pour Arcueil, sur les terrains de la Zac du coteau, entre les deux autoroutes A6a/A6b, c’est la Compagnie de Phalsbourg qui propose un programme d’activités économiques à forte valeur ajoutée en terme écologique et développement durable baptisé Ecotone qui a été retenu.

La présentation en 3D (spectaculaire !):

 
Il y a an, la ville s’est inscrite dans l’appel à projet de la métropole du Grand Paris avec un objectif : s’inscrire dans la dynamique de cet appel avec la mobilisation de nombreux architectes et urbanistes  de renom afin de trouver une solution, après des années de recherches infructueuses, pour réparer autant que possible cette fracture urbaine et environnementale créer par les deux autoroutes. Le cahier des charges de la ville était claire, des activités économiques dans le cadre d’un projet innovant s’inscrivant dans la topologie du coteau, participant à refaire de la ville là où il n’y avait qu’une friche et utilisant toutes les innovations pour lutter contre la pollution et le bruit dans ce lieu particulièrement touché, marquant l’entrée de notre ville au carrefour de trois villes Arcueil, Gentilly, Kremlin Bicêtre.

Le projet Ecotone de la compagnie Phalsbourg retenu par le jury, composé de la Métropole du Grand Paris, l’Etat et la ville d’Arcueil répond à ces ambitions. Si, comme c’est la règle dans ce type de concours, la confidentialité fut la règle jusqu’à la désignation du lauréat, il va de soi que ce projet sera présenté, dans les semaines à venir, aux Arcueillais pour l’accompagner ensemble dans sa réalisation. Car c’est maintenant que tout commence.

La nature du projet

Un pôle d’activité économique avec des bureaux, espace de coworking, des commerces, des restaurants, un hôtel, une résidence de chercheurs et de jeunes actifs, des espaces de santé, de culture et de sports…..le tout sur environ 80 000 m2 et qui comptera environ 4000 salariés. L’architecture de ces bâtiments, qui utilisera pleinement le bois dans ses structures, descendra le coteau en terrasses creusé de nombreux patios, s’inspire du « biomimetisme » qui consiste à rechercher des solutions soutenables produites par la nature. L’approche environnementale est forte avec des objectifs énergétiques ambitieux et une approche bioclimatique développée.  Pour mener à bien ce projet un comité scientifique composé notamment de Museum d’Histoire Naturelle et du Ceebios (Centre d’excellence du biomimetisme de Senlis).

L’équipe d’Ecotone entend gommer les frontières entre la ville et la nature grâce à :

– son architecture s’inspirant des qualités structurelles, thermiques et d’usages des habitats naturels tels que le nid d’oiseau ou la ruche d’abeille
– son organisation élaborée comme un écosystème dont tous les éléments programmatiques se complètent dans une logique d’économie circulaire
– l’utilisation des capacités de la mycoremédiation pour l’enrichissement des sols fertiles
– l’usage de plantes dépolluantes en toiture et façades pour le traitement de l’eau et de l’air ou encore d’une pompe innovante bio-inspirée
– l’exploration de la notion d’épiderme pour l’assurance d’un confort acoustique à proximité de l’autoroute
– la mobilisation d’énergies renouvelables et l’utilisation du couvert végétal pour améliorer les qualités thermiques du bâtiment.
Ce projet d’aménagement urbain ambitieux dont le budget est de l’ordre de 300 millions d’euros qui devrait débuter en 2020 pour une livraison en 2023  

 

A lire...

Le Chaperon-Vert termine sa mutation

Extrait ANC Arcueil note Cité | Juin 2016