Accueil | La Mairie | Actualités municipales | Vœux de la municipalité : le discours du maire

Vœux de la municipalité : le discours du maire

Discours de Christian Métairie, maire d’Arcueil, prononcé lors de la réception des vœux de la municipalité  le 26 janvier 2019 à Arcueil.

Je voudrais tout d’abord vous remercier toutes et tous, Arcueillaises et Arcueillais d’être présent·e·s ce matin. Remercier tout particulièrement

  • Madame Martine Laquièze sous-préfète de l’Hay les Roses
  • Les parlementaires :
  • Les maires présent.e.s ce matin
  • Michel Leprètre, le Président de notre territoire, le Grand Orly Seine Bièvre, Anne-Marie Gilger vice-présidente de ce même territoire
  • Daniel Breuiller Vice-président de la métropole du Grand Paris représentant le président Ollier
  • Les représentants du Conseil régional et du Conseil départemental
  • Les représentants des ambassades
  • L’ensemble des personnels de notre ville représenté·e·s par Hervé Goux le Directeur Général des Services
  • Remercier les représentants du monde associatif, du monde économique, des associations religieuses, des bailleurs sociaux de notre ville et tout particulièrement Opaly notre office intercommunal de l’habitat.

Mesdames, Messieurs,

Je veux, au nom de la Municipalité et en mon nom personnel adresser à chacune et chacun d’entre vous des vœux chaleureux de bonheur, de santé et de réussite dans vos projets personnels, professionnels et associatifs.

Comme vous l’aurez remarqué sur ma carte de vœux accompagnant l’invitation à cette réception, je m’associe à la phrase de Pierre Rabhi :

«C’EST DANS LES UTOPIES D’AUJOURD’HUI QUE SONT LES SOLUTIONS DE DEMAIN».

L’utopie à laquelle je crois est une note d’espoir dans cette période troublée que nous vivons. L’utopie n’est pas le doux rêve de choses irréalisables, comme le disait Théodore Monod, mais bien ce qui nous reste à réaliser. Cette utopie, nous nous devons d’y croire si l’on veut espérer construire une alternative à la société d’aujourd’hui.

Notre société est marquée par les injustices. Je souhaite donc exprimer le vœu pour 2019 de notre engagement à toutes et tous en faveur d’une plus grande justice sociale et environnementale.

J’ai bien sûr une pensée émue pour les plus fragiles,

  • celles et ceux qui n’arrivent pas à boucler les fins de mois,
  • celles et ceux qui sont encore à la rue contrairement aux annonces des présidents de la république,
  • celles et ceux qui chassés de chez eux par les guerres, les famines, le dérèglement climatique, migrent à travers les continents, au péril de leur vie.

Comment la 7e puissance économique mondiale qu’est la France, comment le continent le plus riche de la planète qu’est l’Europe, peuvent ne pas prendre soin de leur humanité ? Les solutions existent pourtant : à condition d’accepter que les biens communs de notre monde, ne soient ni marchandisés, ni surexploitées, ni l’objet de dommages irréversibles sur le monde du vivant. Comment accepter finalement que ces richesses ne soient pas plus justement réparties.

Vous le savez sûrement, Arcueil et 11 collectivités et associations ont interpellé le groupe Total pour son inaction dans le cadre de son plan de sauvegarde environnemental. Ayant le sentiment que L’Etat n’agit pas suffisamment, nous, collectivités et associations demandons au plus gros groupe privé français produisant à lui-seul l’équivalent de 78% du Gaz à Effet de Serre de notre pays. Nous lui demandons simplement de se mettre en conformité avec la loi.

Ce que nous défendons à travers cette action, c’est que chacune et chacun s’engage dans la transition écologique :

  • l’Etat,
  • les acteurs économiques,
  • les associations,
  • les collectivités,
  • et les citoyens.

On ne peut pas demander aux plus modestes de faire les efforts les plus grands.

Total c’est le pétrole, avec toutes les conséquences que nous connaissons sur notre santé, sur notre bien-être. Le pétrole, une des principales sources de pollutions. Chaque année en France, plus de 40 000 personnes meurent de façon prématurée à cause de la pollution. Les maladies respiratoires touchent d’année en années de plus en plus d’enfants et d’adultes. La mise en place d’une zone à faible émission à l’échelle métropolitaine est une nécessité, comme le sont la rénovation des bâtiments et la diminution du trafic des camions et des avions. Il nous faut bien sûr l’adhésion du plus grand nombre et que les conditions d’aides soient au rendez-vous : je veux la réussite de ce dispositif par la concertation, l’accompagnement et la coopération de tous.

Car le sujet est bien là :

  • sur les questions de transition écologique (non retrait du glyphosate/ soutien en baisse au bio, relance du nucléaire),
  • sur les questions d’accueil des migrants (loi asile et immigration),
  • sur les questions de répartition des richesses (ISF/ CSG/ APL/ emplois aidés)

Sur toutes ces questions, les politiques gouvernementales impulsées depuis des années vont dans le mur.

Les croyances dans la prétendue théorie du ruissellement, dans la croissance comme facteur de relance de l’emploi, sont des leurres, des grigris qui ne font pas le poids face aux réalités de la vie.

Les manifestations des gilets jaunes, les marches pour le climat, la pétition l’affaire du siècle, pétition record avec plus de 2 Millions de signatures sont des cris de désespoirs face auquel le simple débat, même national, ne suffira pas.

Mais ils sont aussi des cris d’espoirs et il faut nous s’en emparer et œuvrer à des solutions pour une alternative politique et citoyenne.

La solidarité nous la mettons en œuvre tous les jours à Arcueil

  • à travers les actions menées au niveau local avec le secours d’urgence , la distribution de colis alimentaires et les bons énergies pour les plus fragiles.
  • Avec les actions en faveur de nos aîné.e.s, comme notre accompagnateur social et ses 1300 courses en 2018

Ces actions, nous les menons en lien avec celles du Département

  • le FSH, le Fond de Solidarité pour l’Habitat
  • les chèques énergie,
  • les chèques mobilité,
  • l’aide personnalisée à l’autonomie et bien d’autres.

C’est aussi le travail mené en partenariat avec la maison des solidarités et son épicerie solidaire, c’est celui mené par de nombreuses associations.

Notre politique est aussi celle que nous menons en faveur de l’éducation.

Malgré des dotations de l’Etat toujours en baisse pour la 5e année consécutive, nous avons entrepris en 2018  de nombreux travaux dans les écoles de notre ville

  • réfection de la cour barbusse,
  • ravalement de l’école ferry et du centre de loisirs Signac,
  • installation de nouvelles fenêtres à l’école maternelle Jules Ferry.

L’éducation c’est 1/3 du budget de fonctionnement communal, le principal poste de dépense pour la ville.

Nous le faisons car l’Education est primordiale pour l’égalité réelle, pour construire, une société nouvelle, revivifiée. Nelson Mandela ne disait-il pas que “L’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le monde.” C’est le sens du Projet de Réussite Educative que nous avons décide de mettre en place dès cette année.

Des liens étroits existent entre nos structures culturelles municipales et les écoles. Quand un artiste expose à la galerie Julio Gonzalez, ce sont des centaines d’enfants de notre ville qui rencontrent l’artiste et son œuvre

L’éducation et la culture s’entremêlent aussi. Après DEMOS, nous avons initié cette année le nouveau dispositif : l’orchestre à l’école. Il s’agit, d’un travail avec les enfants  d’une classe de CM1 à la formation orchestrale en partenariat avec l’Edim, l’éducation nationale, l’association orchestre à l’école. J’ai d’ailleurs invité les enfants de cet orchestre à venir l’an prochain lors de ces mêmes vœux pour assurer la partie musicale.

La culture c’est aussi celle que nous transmettons :

  • Avec l’espace Jean Vilar, ses 400 films et ses 30 000 entrées,
  • Avec la médiathèque et ses 2 500 lectrices et lecteurs et ses 75 000 prêts.
  • Avec l’Université Populaire d’Arcueil, un service public singulier avec en 2018 ses 30 conférences et ses plus de 2000 participants.

2019 sera marquée par l’organisation des assises de la culture qui démarreront le 10 février prochain, et qui, avec les artistes et acteurs culturels, permettront de bonifier tout ce qui se passe déjà aujourd’hui.

L’épanouissement et l’ouverture au monde passent aussi par les liens que tissent les habitants dans le cadre de centaines d’associations. Nous les accompagnons tout au long de l’année par des subventions, mais aussi par la mise à disposition de salles, et de matériels. Leur rôle est irremplaçable et elles méritent d’être remerciées.

2019 c’est le 900ème anniversaire de l’église St Denys, un joyau de notre ville, et cet anniversaire sera marqué par de nombreuses manifestation à l’initiative de la paroisse, initiatives que nous accompagnerons, comme toutes celles qui se déroulent dans la ville.

Concernant le sport, 2019 verra la réfection du stade Louis Frébault.

Nous soutiendrons aussi des projets spécifiques :

  • les ambitions olympiques pour la section taekwondo du COSMA,
  • la solidarité internationale avec Hébron pour le Handball club d’Arcueil.

Les relations avec la Palestine demeurent importantes pour notre ville. Nous le faisons en élevant bien haut la culture et l’éducation comme facteurs de rapprochement des peuples, et comme engagement d’une paix juste.

En novembre dernier nous avons accueilli la chorale AMWAJ pour une représentation à l’espace Jean Vilar quelques jours avant son passage à la Philarmonie de Paris.

Notre ville se développe, elle le fait dans le cadre des orientations municipales afin de permettre de donner accès au logement pour toutes et tous.

C’est ce que nous faisons

  • en maintenant un fort taux de logements sociaux dans notre ville,
  • en œuvrant pour une diversité de logements et je l’espère bientôt le premier habitat participatif sur notre ville,
  • en diversifiant l’offre pour les seniors : après la maison du grand Cèdre, nous aurons bientôt une résidence intergénérationnelle rue Caron et je l’espère aussi un foyer privé rue Berthollet.
  • Mais c’est aussi la préservation des zones pavillonnaires, et je vous invite à lire l’article qui va paraitre dans le prochain numéro d’ANC sur un travail spécifique mené sur ce sujet en lien avec le pavillon de l’Arsenal. L’exposition reste ouverte jusqu’au 10 février, n’hésitez pas à aller là visiter.

Plus de justice sociale passe par un accès facilité à une médecine de proximité. C’est bien la mission donnée depuis plus de 80 ans au centre municipal de santé.

Il s’agit d’un élément central de la politique municipale qui va connaître un coup d’accélérateur en cette année 2019. Le nouveau CMS qui sera nommé Marcel Trigon, en l’honneur de notre ancien maire, sera inauguré en septembre à l’entrée du chaperon vert.

C’est un investissement important pour notre ville (près de 4M€ couplés à des subventions du Département, de la Région et de l’Etat pour un montant total de 5,5 M€). Le nouveau CMS renforcera son activité existante, avec une offre de services augmentée et nous espérons bien qu’il devienne un centre municipal de santé universitaire. Naturellement nous continuerons à assumer notre devoir envers Maï Politzer, avec le très beau bâtiment qui porte son nom et dont la destination future, reste encore à préciser.

Mais le CMS ne peut à lui seul représenter l’exclusivité de notre action en faveur de la santé. La question de la diminution progressive du nombre de médecins, généralistes comme spécialistes,  se pose à Arcueil comme ailleurs. Nous allons prendre cette question à bras le corps, même si nous avons bien conscience qu’on ne peut obtenir des résultats en un simple claquement de doigt hélas.

L’intégration du CMS dans le quartier rénové du chaperon vert est un signe fort marquant notre volonté d’aménager le territoire de manière équilibrée et mixte. On ne peut réfléchir la ville uniquement en termes de construction de logements. La présence d’acteurs économiques et de commerces, l’accès à des équipements publics de proximité sont une nécessité. Nous nous y employons.

L’équipement social et associatif qui s’installera au chaperon vert à l’emplacement de l’actuelle maison du projet répond aussi à cet objectif.

Le bien être de toutes et tous doit participer à un monde plus juste…

Nous avons un enjeu devant nous, alors que les jeunes familles cherchent de plus en plus à fuir notre métropole : rendons-là agréable à vivre.

La bétonisation continue et progressive de l’ile de France est un danger sur lequel beaucoup de nos concitoyens nous alertent et nous devons y faire attention.

Ce n’est pas d’une métropole mondiale concurrençant Londres dont nous rêvons, c’est une métropole à taille humaine où il fasse bon vivre.

  • Les habitant·e·s nous le disent quand dans le cadre du budget participatif ils votent en premier pour des lieux de rencontre, de jeux et de détente.
  • Les habitant·e·s nous le disent, ils aspirent à plus de nature.
  • Ils le disent quand ils s’investissent aux côtés de la ville pour le permis de végétaliser, pour la création, l’entretien et la production de jardins partagés.

Parlant nature, j’ai le grand plaisir de confirmer qu’après de nombreuses années d’attente, les travaux pour la réouverture la Bièvre vont enfin commencer cet été. Ce projet piloté par le Département, financé aussi par la Métropole, le territoire, la Région et l’agence de l’eau représente un beau travail collectif dans lequel notre territoire prendra sa place.

Je le rappelle, sans investissement financier de la ville, la Bièvre sera réouverte devant le cimetière et dans le parc du Coteau pour le printemps 2021, synonyme de renouveau, celui de la nature en ville, d’une biodiversité urbaine souhaitée, et d’une réponse locale aux enjeux climatiques !

Nous poursuivrons les réaménagements de voirie avec les zones 30, zones de déplacements adoucies et partagées entre vélos, piétons et voitures.

Alors que la requalification de la RD920 s’approche, avec les villes voisines nous maintenons auprès du CD92 l’exigence exprimée par les collectifs citoyens et associations d’une place renforcée pour les déplacements vélos et les transports en commun.

Une ville plus agréable c’est aussi une ville plus propre. Nous nous y attelons.  Vous avez sans doute constaté dans un premier temps une campagne de communication faisant appel au bon comportement citoyen. Sur ce sujet nous monterons bientôt en puissance en accroissant le nettoyage de nos rues et en accompagnant les démarches citoyennes de nettoyage, comme celle réalisée au printemps dernier dans le quartier des Irlandais

Le conseil municipal d’Arcueil vient de voter une charte des chantiers supportables et nous renforcerons le suivi et la bonne tenue des chantiers, afin de  diminuer au maximum les nuisances.

Malgré des difficultés financières persistantes, cette année encore, pour la 15e année consécutive et conformément à notre engagement pris en 2014 nous avons décidé, de ne pas augmenter le taux des impôts locaux (taxes d’habitations et de taxes foncières).

Les services publics ne sont pas uniquement ceux de la commune, ce sont ceux d’autres collectivités partenaires :

  • le département, avec ses 3 crèches sur notre territoire, les routes départementales, l’action sociale. Sur la question du département, l’an dernier lors de ces vœux j’évoquais l’inquiétude créée par l’annonce de la suppression de notre département. Les actions menées ont porté leur fruit, cette menace est levée, il n’est plus question de le supprimer.
  • le territoire, le Grand Orly Seine Bièvre avec ses nombreux services : la collecte des déchets, la déchèterie mobile, anis gras, le conservatoire de musique, la voirie, l’éclairage publique
  • la métropole qui a permis que le projet Ecotone prenne naissance mais qui agit aussi pour faire avancer les politiques sur des sujets aussi important que la pollution de l’air ou la nature en ville

Il nous faut être exigeants avec ces services publics comme nous le sommes avec nos propres services. Les services publics sont mis en danger par les coupes budgétaires drastiques et une logique de rigueur et d’austérité.

Ils doivent proposer des services de qualité et innovants.

  • Ce sera le cas avec le sipperec qui doit nous permettre de nous fournir en électricité réellement renouvelable
  • Ça doit être le cas avec le Siresco qui se doit d’augmenter la part du bio, des circuits courts et de traiter la question des barquettes plastiques dans le circuit pour l’alimentation de nos cantines scolaires,
  • C’est efficace avec le syndicat vélib ou nous avons porté l’exigence de recherche de solutions à la poursuite de son service de déplacement doux.

Nous sommes attachés aux services publics, il est à chaque fois insupportable que les moyens ne soient malheureusement pas suffisamment mis pour plus de sécurité, plus de justice. Il en de même pour l’hôpital public, qui est gravement en crise, malgré le dévouement de tout le personnel soignant.

Dans ce contexte, je tiens particulièrement à saluer ceux qui exercent leurs missions avec courage les pompiers dont l’actualité récente à montré leur dévouement, les policiers du Commissariat du KB.

Je remercie bien sûr toutes les administrations avec lesquelles nous travaillons en collaboration le TGI, les finances publiques, la Préfecture, la sous-préfecture, la CAF …

Je veux enfin remercier chaleureusement les services de la ville, nos 500 agents, qui chaque jour, dans les écoles, tôt le matin, tard le soir, la nuit parfois pour saler les routes, agissent pour que vive le service public de proximité. Ils méritent que nous les applaudissions …

Faire la ville n’est pas l’apanage des élus, et ne peut dépendre seulement des compétences techniques de nos services. Vous le savez, Arcueil est très attachée à la participation citoyenne. Et alors que l’on parle beaucoup du RIC, le Référendum d’Initiative Citoyenne, il y a 20 ans un référendum sur les portes d’Arcueil était réalisé, un des rares référendum sur un projet d’aménagement avec un taux de participation remarquable.

Mais pour que la participation citoyenne fonctionne il faut déjà que la communication soit la meilleur possible entre la ville et les habitants.

Nous avons entendu la demande que nous développions des outils nouveaux. C’est pourquoi nous mettrons en place dans quelques semaines une application pour smartphone et tablette, permettant aux usagers de la ville de s’informer sur les services publics existants mais aussi permettant de nous alerter de situations que nous n’aurions pas encore détectées. C’est un nouveau pas vers une meilleure relation à l’usager, un enjeu que nous ne voulons pas manquer.

Face aux défis et aux bouleversements que traversent notre pays et notre planète, l’équipe municipale est totalement mobilisée.

Je sais que tous ensemble nous saurons apporter notre pierre pour faire d’Arcueil une ville plus chaleureuse, plus accueillante, plus juste. Une ville qui rayonne par son engagement pour une solidarité plus forte, une écologie plus durable, et une démocratie plus active.

Vous pourrez compter sur ma détermination et sur celle de l’équipe municipale pour y travailler avec acharnement.

Et pour conclure, je souhaite à toutes et à tous une Bonne Année 2019.

Place donc maintenant au budget participatif et à ses lauréats.

Tout d’abord un bref bilan de l’an passé, la plupart des projets retenus en 2018 ont déjà été livrés, les autres le seront bientôt. Vous pouvez les retrouver dans le stand de présentation situé dans cette salle.

715 habitants ont pris part au vote, soit 11% de plus que lors de la première édition. Les 1017 suffrages recueillis ont permis de désigner les 6 projets de quartier et le projet de ville, à réaliser en 2019

Les projets adoptés

Les projets de quartier, je le rappelle une enveloppe prévue de 120 000 €  pour les six projets

  • Quartier Le Plateau-Kergomard: une fresque sous le pont du carrefour des quatre chemins
  • Quartier Jean Macé : une fontaine à eau près du stade Hardenberg
  • Quartier Jules Ferry: réhabiliter le terrain de pétanque et implanter un appareil de fitness sur la promenade de la Vanne (45 % des votes)
    • une fresque anamorphose sur l’escalier menant à Jean Vilar (33% des votes)
    • et remplacer la table de ping-pong du parc du centre de santé (22% des votes)
  • Quartier Barbusse: des jeux pour enfants place du docteur Conso, près de l’hôtel de ville (71 % des votes)
    • deux tables de ping-pong au parc du coteau (29% des votes)
  • Quartier Laplace: un kiosque sur la placette près d’Anis Gras (56% des votes)
    • une fresque sous le pont du RER Laplace (44% des votes)
  • Quartier Joliot-Curie: une fontaine à eau pour le jardin sur le toit de la Vache Noire (49% des votes)
    • une boite à dons rue Voltaire (27% des votes)
    • une fontaine à eau promenade des aqueducs (24% des votes)

2/ Le projet pour la ville (enveloppe prévue de 70 000 €)

  • Des parkings pour vélos et trottinettes avec des bornes de réparation (64% des votes)
    • des corbeilles publiques avec des cendriers (36% des votes)

Je veux remercier ici, tous les porteurs de projets, les services de la ville qui accompagnent ce budget participatif et les plus de 700 votants.

La partie discours est terminée, je vous invite maintenant à nous retrouver autour du buffet, un buffet de conception et de réalisation locale, un buffet composé à plus de 80% avec des produits bio.

Merci à vous toutes et tous.

A lire...

Arrêté municipal contre le bruit

La municipalité a édicté un arrêté règlementant le bruit sur le territoire communal qui actualise celui datant de 1995