Accueil | La Mairie | Actualités municipales | Voeux de la municipalité : le discours du maire

Voeux de la municipalité : le discours du maire

Discours de Christian Métairie, maire d’Arcueil, prononcé lors de la réception des voeux de la municipalité  le 20 janvier 2018 à Arcueil.

Mesdames, Messieurs,
Je tiens à vous remercier vous toutes et tous, Arcueillaises et Arcueillais, d’être présent·e·s ce matin
• Madame Martine Laquièze, sous-préfète de l’Hay-les-Roses
• Les parlementaires
o Pascal Savoldelli, sénateur du Val-de-Marne qui va nous rejoindre dans quelques minutes
o Albane Gaillot, députée de la circonscription
• Le président de la Métropole du Grand Paris : représenté par Daniel Breuiller, vice-président de la métropole.
• Les maires
o Jean-Yves Le Bouillonnec, maire de Cachan
o Patrick Daudet, représentant Patricia Tordjman, maire de Gentilly
o Jean-François Bambuck, représentant Jean-Marc Nicolle, Maire du Kremlin-Bicêtre
• Le Président du Grand Orly Seine Bièvre : Michel Leprètre
o Hélène de Comarmond, conseillère départementale sur le canton Arcueil-Cachan
• Les représentants des ambassades
o M. Vu Duy Long, conseiller de l’ambassade du Viet Nam en France
Je veux remercier aussi les représentants du monde associatif, du monde économique, des associations cultuelles, des bailleurs sociaux de notre ville et tout particulièrement Opaly.

Mesdames, Messieurs,

Je veux, au nom de la municipalité et en mon nom personnel adresser à chacune et chacun d’entre vous des vœux chaleureux de bonheur, de santé et de réussite dans vos projets personnels, professionnels et associatifs.
Sur ma carte de vœux accompagnant l’invitation à cette réception, vous aurez remarqué la phrase de Victor Hugo :
«LE PROPRE DE LA SOLIDARITÉ, C’EST DE NE POINT ADMETTRE L’EXCLUSION».
Elle retentit dans nos esprits de maintes manières, en cette période difficile.
J’ai bien sûr une pensée forte pour tous les opprimés, et en premier lieu pour celles et ceux qui sont chassé·e·s de chez eux par les guerres, les famines, le dérèglement climatique, l’appauvrissement des ressources naturelles, migrent à travers les continents, au péril de leur vie.
Ce sont ceux qui frappent aux portes de l’Europe qui, quelles que soient les difficultés, bravent l’indicible. Nous ne pouvons rester sourds à la détresse de ces 65 millions d’enfants, femmes et hommes dont la survie n’a d’avenir que par notre solidarité, notre accueil, notre bienveillance. Il est temps que les pays européens, et naturellement la France, s’impliquent pour construire «l’humanité d’aujourd’hui et le monde de demain », comme l’indique le titre d’un appel public signé par la Ligue des droits de l’Homme et 412 autres organisations très diverses.

Mais refuser l’exclusion des migrants ne signifie pas pour autant admettre l’exclusion de certain·e·s de nos compatriotes, et de ce point de vue Arcueil a cette culture de la solidarité et dispose de nombreux outils pour accompagner, soutenir, aider ses habitants les plus démunis, les plus fragiles.
Je pense aux actions menées par notre Centre Communal d’Action Sociale (secours d’urgence, colis alimentaires, bons énergie pour n’en citer que quelques-unes). C’est aussi les bourses et aides financières pour le sport, les loisirs, la culture.
Ces actions sont menées en lien avec celles du Département (le FSH pour l’eau, le téléphone, les chèques énergie, les chèques mobilité, les aide personnalisées à l’autonomie et bien d’autres).
Elles sont menées avec celles pour la suppression de l’habitat indigne et insalubre en lien avec notre territoire le Grand Orly Seine Bièvre.
C’est enfin le sens, en gardant les équilibres de notre ville, de notre volonté de continuer à développer un logement social de qualité en lien avec OPALY, avec des loyers qui prennent en compte des moyens de chacun·e.
Nous le voyons, cela nécessite de réunir toutes les énergies qu’elles soient publiques, associatives ou citoyennes, j’y reviendrai.

On nous annonce de nouvelles réformes, un nouveau big bang territorial, qui change d’ailleurs chaque semaine, la suppression des départements et peut-être aussi de la Métropole.
Je suis pour ma part opposé à tout ce qui conduit à une diminution de l’action publique et des services dont nous avons besoin.
• Les crèches départementales, le nouveau pass Navigo à 50% pour tous les retraité·e·s, c’est aussi ça le département du Val-de-Marne : faut-il le supprimer ?
• Améliorer la qualité de l’air, lutter contre les pollutions, développer la nature en ville, voilà quelques-unes des actions de la Métropole, ne sont-elles pas nécessaires ?
Oui, il y a besoin de simplifier, d’optimiser, mais faisons-le dans la concertation, avec une étude d’impact des différents scénarios envisagés, et en visant à ce que l’après soit mieux que l‘avant.
Réformes aussi dangereuses pour le logement social. Bon nombre d’entre vous en sont locataires, et nous ne pouvons que déplorer les décisions prises de pénaliser financièrement les OPH en diminuant les APL, en gelant les loyers pour 2018. Notre office intercommunal OPALY, va être très fortement pénalisé. Ces décisions brutales et injustes vont être lourdes de conséquences et sont en totale opposition avec les réalités et besoins de nos territoires. Nous ne pouvons pas accepter, et nous devons poursuivre les mobilisations pour faire annuler ces mesures.
Malgré ce contexte et ces inquiétudes sur l’avenir, malgré une baisse de 10% de nos recettes dans les 4 dernières années, malgré une baisse annoncée de même ordre pour les 4 prochaines années, nous avons cette année encore à Arcueil, comme lors des 14 dernières années, décidé de ne pas augmenter le taux des impôts locaux (taxes d’habitations et taxes foncières). Nous avons simplement retenu de baisser légèrement le taux de l’abattement à la base, ce qui ne touchera que les 20% d’Arcueillais les moins en difficultés avec comme incidence une augmentation d’environ 4 euros par mois.
La suppression annoncé de la taxe d’habitation, est une fausse bonne idée, car ne nous y trompons pas, ce que nous ne paierons plus en TH, il faudra bien que nous le payions autrement.

Agir contre les exclusions c’est aussi investir dans une éducation qui prône le respect et l’ouverture au monde. L’université populaire d’Arcueil avec en 2017 ses 30 conférences et ses plus de 2000 participants) participe à « renforcer le souci qu’a chacun de l’intérêt commun. » comme le disait Emmanuel Kant.
Le travail mené par les ATSEM, les éducateurs, les animateurs, dans les crèches, les écoles, les centres de loisirs, les accueils jeunesse va dans ce sens. Et malgré les difficultés financières, nous continuerons à faire de l’enfance et de la jeunesse la priorité de l’action municipale.
À ce titre, je souhaite rappeler qu’après les nombreux efforts soutenus depuis 2014 pour que les nouveaux rythmes scolaires soient les plus bénéfiques pour nos enfants, les changements d’orientation gouvernementale nous ont conduits, après consultation des conseils d’école, à revenir à la semaine de 4 jours pour la prochaine rentrée scolaire.
Sur ce sujet, nous engageons avec les différents partenaires de l’école, enseignants, parents et agents municipaux, un travail sur la mise en œuvre concrète de ce retour aux 4 jours tout en gardant les acquis de ces 3 dernières années.
L’expérimentation d’une ATSEM par classe et toute la journée à Kergomard lors de la rentrée dernière est très positive et nous allons pour la prochaine rentrée avancer dans ce sens pour les autres écoles maternelles de la ville.
Chaque année, les élu·e·s se retrouvent avec parents et enseignants, pour s’opposer aux fermetures de classes, obtenir les ouvertures nécessaires et les moyens spécifiques indispensables. Si ces mobilisations sont souvent couronnées de succès, pas toujours hélas, il ne faut pas baisser la garde et je crains que nous devions bientôt nous retrouver ensemble sur ces sujets.

L’ouverture à la culture est aussi un axe fort de l’action municipale :
• l’espace Jean Vilar (plus de 400 films pour près de 30 000 entrées)
• la galerie Gonzales (11 expositions pour 8 000 visites)
• la Médiathèque Louis Pergaud (2 500 adhérents actifs pour plus de 75 000 prêts)
• Anis Gras avec ses très nombreuses activités.
Mais la culture sort aussi des murs à travers les spectacles vivants, le street-art. Nous avons aussi imaginé et expérimenté des partenariats innovants : je pense à la galerie d’art au collège Dulcie September, ou au projet DEMOS, avec en juin dernier, dans le grand auditorium de la Philharmonie de Paris, le premier concert de l’orchestre du Val de Bièvre avec les enfants de notre ville, ce qui restera dans les mémoires des participants et de leurs parents.

Riche par la diversité de sa population, Arcueil développe une richesse de services publics, qui ne peuvent pas être mis en œuvre sans les agents municipaux.
Je souhaite remercier aujourd’hui, les agents de notre service public local qui au jour le jour, dans des domaines très divers assurent, ce service public tant utile et nécessaire à toutes et à tous.
Je tiens aussi à remercier, les personnels de notre territoire le Grand Orly Seine Bièvre, qui agissent sur notre commune de façon efficace.
Remercier les personnels du conseil départemental qui sont eux aussi sur le terrain dans les crèches dans notre collège comme sur l’entretien des voies départementales.
Je souhaite aussi remercier les services de l’état, les pompiers du centre de secours de Montrouge, les policiers du Commissariat du Kremlin-Bicètre et bien d’autres naturellement.
À l’heure où la fonction publique est pointée du doigt, où elle est accusée de coûter trop chère pour nos finances publiques, je tiens à dire ici solennellement à quel point la municipalité d’Arcueil y est attachée.

Faciliter les moyens de se soigner, à côté de chez soi, c’est ce que la ville favorise à travers son Centre Municipal de Santé. Vous le savez les travaux continuent pour une livraison de notre nouveaux CMS, à l’entrée du Chaperon-vert, au cours de l’année 2019. Je le rappelle, ce sont plus de 30 000 personnes qui ont fréquenté le CMS en 2017, preuve qu’il s’agit d’un service nécessaire et apprécié des habitants.

Quand je pense à lutter contre l’exclusion, je pense aussi à lutter contre toute forme de violence. Celles faites aux femmes, fait l’objet d’une implication tout particulière de notre ville. Depuis quelques semaines, j’ai souhaité que l’égalité femmes-hommes soit une nouvelle délégation confiée à un membre de l’équipe municipale.

Enfin lutter contre l’exclusion, c’est tout faire pour permettre aux citoyens de participer aux prises de décisions : après les assemblées de quartier qu’Arcueil a initié de longue date, nous avons lancé en 2017 le budget participatif. Mais Je n’insiste pas, j’y reviendrai en annonçant les résultats des votes dans quelques minutes et en dévoilant les résultats de la consultation.
Nous avons sur notre ville une énergie citoyenne en plein développement.
Les jardins partagés qui se multiplient en sont un bel exemple. La ville comestible participe à un mieux vivre ensemble, à un mieux vivre la ville. Le rôle de la municipalité est de permettre que les initiatives des habitant·e·s aboutissent, à ce que leurs projets se réalisent, dans le respect des engagements tenus devant les électeur·rice·s.
Je suis heureux que tout cela contribue à faire d’Arcueil une ville engagée pour une solidarité plus complète, une écologie plus durable, et une démocratie plus active.

En ce début d’année, vous me permettrez de faire un retour rapide sur 2017
• En termes de participation citoyenne
o des Initiatives dans les quartiers « politique de la ville », comme par exemple Grain de Sel
o le tirage au sort pour élargir nos collectifs de quartier
o le lancement des conseils citoyens
o et naturellement le budget participatif
• En termes de développement urbain
o La fin, enfin, de la réfection de l’église Saint Denys et la création du jardin sur son chevet
o L’adoption du PLU
• En terme écologique :
o Le choix de ne pas ré-adhérer au SEDIF pour travailler à une régie publique de l’eau plus respectueuse de cette ressource si nécessaire
o Le projet de réouverture de la Bièvre relancé avec un co-financement nouveau de 2.5M€ apporté par la MGP en plus de ceux du département et de l’agence de l’eau.
• En termes d’équipements nouveaux ou réhabilités :
o Les travaux d’amélioration et d’agrandissement de la crèche parentale Arc-en-ciel
o La poursuite des travaux d’accessibilité pour les Personnes à Mobilité Réduite au sein des zones 30
o Et comme chaque année de nombreux travaux dans les écoles et centres de loisirs de la ville
Mais 2017, c’était aussi
• De nombreuses actions en direction des retraités
• de nombreux sportifs de notre ville qui se sont distingués.
• l’action des associations si nombreuses et si actives dans notre ville avec près de 12000 personnes accueillies pour 197 prêts de salles, et sans doute beaucoup plus
• la Banque alimentaire qui continue à se développer et qui rayonne depuis notre ville
• les actions de la Maison des solidarités, trop nombreuses pour être détaillées ici

Après cette brève évocation de 2017, venons-en à 2018 :
• Le réaménagement de la RD 920 (la Nationale 20 si vous préférez) va maintenant entrer dans sa phase opérationnelle. Les départements des hauts de seine et du Val de Marne, se sont accordés sur un projet qui va la transformer en un boulevard urbain, arboré qui fera de la place aux circulations alternatives à la voiture, piétons, vélos, bus, avec des trottoirs dignes de ce nom.
• La réalisation d’une résidence intergénérationnelle. Ce projet sera une nouvelle forme d’habitat, favorisant les liens sociaux et intergénérationnels, l’entraide et la solidarité. Un porteur de projet vient d’être choisi, Habitat et Humanisme, la ville subventionnera ce projet qui devrait bientôt entrer dans sa phase opérationnelle rue Jules Aspasie Caron.
• La mise en place du nouveau vélib’, qui a pris un peu de retard. La première station sur Arcueil devrait être opérationnelle avant la fin du mois de janvier les autres d’ici fin mars. Nous disposerons d’une station de plus, commune avec Cachan, à la sortir du RER Arcueil-Cachan.
• le lancement de l’expérimentation de la vidéosurveillance a commencé depuis le début de cette année avec les premières caméras opérationnelles, nous serons amenés à y revenir pour en tirer un bilan.
• La déchetterie mobile, qui s’installe sur le parking de la mairie, fonctionne depuis le 6 janvier tous les samedis matin, on peut espérer que cela aidera à réduire les dépôts sauvages qui défigurent notre ville et qui sont la marque d’un irrespect de quelques-un·e·s de nos concitoyen·ne·s. Pour information, en 2017 les services de la ville ont collecté 1552 tonnes d’encombrants et de dépôts sauvage, soit 6 tonnes par jour ouvré. Cela s’accompagnera de la mise en place d’un grand plan de sensibilisation pour faire d’Arcueil une ville moins salie, sensibilisation mais aussi verbalisation.
• Alors que de nombreux travaux se déroulent dans notre ville, alors que la réalisation des gares du Grand Paris Express risque d’avoir des conséquences en termes de circulation, nous avons décidé d’élaborer une charte des chantiers soutenables, qui s’imposera à tous les chantiers de la ville.
• Une réflexion collective est lancée autour de la maison du projet située dans le quartier du Chaperon Vert pour que ce lieu devienne l’endroit d’une effervescence citoyenne et associative, un lieu de vie en fait.
• L’appel à projet « Inventons la Métropole », et le projet Ecotone qui a été retenu (situé sur le plateau au parc du coteau) sera une réalisation dont chaque Arcueillais·e pourra être fier·e, projet qui a été reconnu comme particulièrement innovant. Je remercie la compagnie de Phasbourg qui le pilote et son président Philippe Jouano présent aujourd’hui.
Vous le savez, nous avons présenté le bilan de mi-mandat de l’équipe municipale, nous l’avons mis en débat, et quelques-unes des mesures que je viens d’annoncer sont le fruit des attentes que vous avez exprimées.

Enfin, 2018 sera une année forte en en termes de souvenirs et de commémorations. Ce sera d’abord l’année du centenaire de la naissance de Nelson Mandela et celle du trentenaire de l’assassinat le 29 mars 1988 de Dulcie September représentante du Congrès National Sud-Africain (ANC) et qui habitait notre ville.
Après l’année Erik Satie en 2016, nous ferons de 2018 une année aux couleurs de l’Afrique du Sud, qu’Arcueil célébrera à travers de manifestations et d’événements culturels tout au long de l’année.
2018 est aussi le centenaire de l’armistice de la première guerre mondiale, qui représente un moment important que nous saurons commémorer.

Face aux défis et aux bouleversements qui traversent notre pays et notre planète, l’équipe municipale est totalement mobilisée avec la conscience des difficultés.
Si l’on veut faire de notre planète et de notre humanité un monde meilleur, l’implication de toutes et de tous est nécessaire.
Dostoïevski écrivait : « Nous sommes tous responsables de tout et de tous, et moi plus que les autres ».
Je sais que, tous ensembles, nous saurons apporter notre pierre pour faire d’Arcueil une ville encore plus chaleureuse, encore plus accueillante, encore plus solidaire.
Vous pourrez compter sur ma détermination et sur celle de l’équipe municipale pour y travailler avec acharnement.

En guise de message d’espoir vous me permettrez de lire quelques lignes d’un poème intitulé « tout en haut des cimes », poème d’une jeune poétesse Mauricienne Nashmia Noormohamed.
Tout en haut des cimes,
Vivent nos espoirs,
Réside notre optimisme,
Se trouve la lumière.
Tout en haut des cimes,
Il nous faut y atteindre,
Sans jamais douter d’y parvenir,
L’ombre même de la lumière.
Et quand les montagnes,
S’en iront comme des nuages,
Et quand les montagnes,
Laisseront passer la lumière.
Enfin, nous y serons parvenus,
Tout en haut des cimes.
Et je terminerai par ou j’ai commencé, en renouvelant à chacune et à chacun d’entre vous mes vœux de bonheur, de santé pour vous et vos proches.

Place donc maintenant au budget participatif et au résultat des votes.
Le budget participatif c’est quoi ? C’est une partie du budget d’investissement de la ville, 190 000 euros, une somme loin d’être négligeable, disponible pour des projets de quartier ou de ville.
Il permet aux citoyen·ne·s (dès l’âge de 16 ans) habitant ou travaillant à Arcueil de proposer un projet, puis de le porter, à condition qu’il corresponde aux compétences et orientations municipales.
Les projets sont ensuite soumis au vote des habitants pour retenir un projet par quartier et un projet pour la ville.
Et pour la première édition c’est une réussite.
• J’aimerais remercier les citoyen·ne·s qui ont porté des projets, 67 en tout
• J’aimerais aussi remercier toutes celles et tous ceux qui ont participé à l’instruction des dossiers avec les services municipaux dans les collectifs de quartier.
• J’aimerais enfin remercier les 500 votant·e·s (1000 votes si on compte les votes pour les projets de quartiers et ceux pour les projets de ville).

L’objectif de la consultation était de choisir un projet par quartier et un à l’échelle de la ville. Il a bien fallu choisir, mais les projets étaient tous de qualité.
J’ai donc le plaisir de vous annoncer les projets lauréats retenus par le vote des citoyen·ne·s (naturellement les résultats plus détaillés, avec le résultat des votes seront disponible sur le site de la Ville et dans ANC):
Pour le quartier Joliot-Curie : Espace jeux pour enfants jardin sur le toit du centre commercial: Etoffer l’offre de jeux existante pour créer un vrai lieu de jeux pour les familles, au cœur du nouveau centre d’Arcueil. Par exemple ajouter un grand toboggan, un bac à sable, une structure de jeux pour les 6/12 ans, 3 bancs pour les parents.
Pour le quartier Jules Ferry : Fresque murale « jardin Cauchy » Cette fresque artistique permettra d’inscrire le quartier et la ville dans l’art contemporain et d’identifier l‘action citoyenne sur le territoire, de poursuivre l’embellissement et la requalification d’un espace public passant et très visible dans le centre-ville d’Arcueil.
Pour le quartier Jean-Macé : Jardins partagés permettant de rassembler les habitants dans un geste citoyen pour l’environnement, convivial et éducatif pour les enfants.
Pour le quartier Pauline Kergomard : Marquage horizontal signalétique, cheminements piétons Matérialisation sur le sol (trottoirs) de « pas », « pieds » ou « taches de couleur » pour indiquer les chemins piétons les plus sécurisés.
Pour le quartier Laplace : Passage créatif entre la rue Berthollet et la rue du Général de Gaulle : améliorer la qualité paysagère et faire un lieu convivial et créatif, symbole d’une nouvelle dynamique de quartier.
Pour le quartier Henri Barbusse : Création d’un terrain de pétanque : Le projet est de créer un terrain de pétanque sur le jardin de la Pléiade. Le but est de créer une cohésion, des rencontres et un lieu de bien être convivial, tout en végétalisant l’espace et en améliorant l’environnement.
Enfin le projet ville retenu est celui de la création d’un Parcours de santé (parc du Coteau) : Un équipement santé, sous la forme d’un parcours sportif agrémenté de matériel pour entretenir sa condition physique et développer le vivre ensemble.

A lire...

Arrêté municipal contre le bruit

La municipalité a édicté un arrêté règlementant le bruit sur le territoire communal qui actualise celui datant de 1995