Accueil | La Mairie | Archives | Voeux du maire, de la municipalité et du conseil municipal

Voeux du maire, de la municipalité et du conseil municipal

Madame, Monsieur,
Comment présenter des vœux, parler des difficultés, des atouts et des projets de la commune après une semaine qui a placé notre pays dans la sidération, la peur puis la mobilisation…
Notre République est menacée lorsque des caricaturistes sont assassinés pour tuer la liberté d’écrire, de penser, de faire réfléchir, fusse avec provocation et même excès.
Tuer des journalistes, ce n’est pas condamner l’opinion qu’ils expriment c’est vouloir faire taire chacune et chacun.

La République menacée lorsque des policiers sont assassinées de sang-froid parce qu’ils font leur métier celui de la protection des libertés fondamentales et des citoyens.
Je veux rendre hommage aux policiers pour leurs sens républicain et quel symbole, avec trois couleurs de peau différentes les policiers assassinés étaient à l’image de notre peuple, différents mais unis par le même engagement, qu’ils s’appellent Ahmed, Franck ou Clarissa.

La République menacée lorsqu’un des terroristes assassine et prend en otage les clients d’un magasin casher.
Il a choisi de tuer nos frères seulement parce qu’ils étaient juifs cela s’appelle un meurtre antisémite. Là encore quel symbole qu’un jeune malien musulman ex-lycéen sans papier Lassana BATHILY, ait pu sauver la vie de plusieurs de nos concitoyens juifs.
Je salue la décision de lui accorder la nationalité française.

La République menacée aussi lorsque certains amalgament terroristes et musulmans, profanent ou dégradent une mosquée ou un restaurant kebab.
Lorsque dans une de nos écoles un enfant de 8 ans dit à une de ses camarades de classe au nom arabe « C’est à cause de toi qu’il y a des morts ».
Lorsque d’autres enfants ne comprennent pas que rien ne justifie l’assassinat de Charlie.
La République est menacée lorsque ses enfants sont classés, stigmatisés, communautarisés.

Mesdames, messieurs, je veux redire ici les noms des 17 victimes tuées par 3 terroristes fanatisés la semaine passée et dire notre fraternité à leurs familles, à leurs amis, à leurs proches.

Frédéric BOISSEAU, agent d’entretien
Franck BRINSOLARO, brigadier de police
Jean CABUT dit Cabu, dessinateur
Elsa CAYAT, psychanalyste et chroniqueuse
Stéphane CHARBONNIER dit Charb, dessinateur
Philippe HONORE, dit Honoré, dessinateur
Bernard MARIS, économiste et chroniqueur
Ahmed MERABET, agent de police
Mustafa OURRAD, correcteur
Michel RENAUD, ancien directeur de cabinet du Maire de Clermont
Bernard VERLHAC dit Tignous, dessinateur
Georges Wolinski, dessinateur
Clarissa JEAN PHILIPPE, policière municipale
Michel SAADA, cadre supérieur retraité
Yohav MATTAB, étudiant
Yohann COHEN, salarié de l’hyper casher
Philippe BRAHAN, cadre commercial

Je vous demande d’observer une minute de silence en leur mémoire.

La réaction des arcueillais comme celle de tout notre peuple fut exemplaire : elle fut celle de l’affirmation du vouloir vivre ensemble, celle de l’affirmation de valeurs communes.

L’immense manifestation du 11 janvier, nous l’avons vécu comme un moment intense, un moment de bonheur, un instant miraculeux dit Jean-Marie Le CLEZIO où « les barrières de classes et d’origines, les différences de croyances, les murs qui séparent les êtres n’existaient plus. Il n’y avait qu’un seul peuple de France, multiple et unique, divers et battant d’un même cœur ».
Nous devons, Mesdames, Messieurs, continuer cette marche du 11 janvier. Nous devons même y associer ceux qui n’y étaient pas.
Une partie de la manifestation dimanche empruntait le boulevard Voltaire . Je voudrais rappeler son « Traité sur la tolérance » . Dans ce petit ouvrage édité en 1763, Voltaire met sa plume au service de la justice pour demander la réhabilitation de Jean Calas, un protestant accusé à tort d’avoir assassiné son fils afin d’éviter que ce dernier ne se convertisse au catholicisme.

Voltaire plaide pour le respect des croyances et l’esprit de tolérance contre les dogmatiques de tous bords. Il écrit ceci  : « La tolérance n’a jamais excité de guerre civile, l’intolérance a couvert la terre de carnage ».
Nous ne devons renier ni Voltaire, ni Charlie.
Nous devons poursuivre cette marche, prendre le temps de débattre et d’affronter nos failles béantes.
Celles qui laissent des quartiers entiers, voire des villes, dans la relégation.
Celles qui font qu’un maire peut refuser l’enterrement d’un bébé Rom dans sa ville.
Celles qui permettent aux inégalités de se creuser, aux difficultés de beaucoup de s’accentuer, aux petites entreprises de peiner alors que les dividendes aux actionnaires du CAC 40 croissent de 30%.
Celles qui font que l’on s’habitue à voir des gens dormir dehors.
Celles qui font que de nombreux jeunes associent pour définir leur génération l’adjectif « sacrifié », que le sentiment d’injustice et de discrimination est si fort, notamment parmi les jeunes que l’on dit avec vocable à bannir, issues de l’immigration et qu’ils ont du mal à croire aux promesses de notre devise républicaine.

Mesdames, Messieurs, la liberté, l’égalité la fraternité, la laïcité sont des fleurs magnifiques dont les racines sont profondes et, notre peuple vient d’en témoigner, ce sont aussi des fleurs d’une grande fragilité.
Puissions-nous par nos engagements les cultiver, à Arcueil, dans notre pays mais aussi sur la planète ; ce qui me permet de saluer les représentants présent de Palestine, d’Afrique du Sud, du Vietnam et de leur souhaiter que leurs pays s’épanouissent, que nos villes partenaires se développent que leurs citoyens bénéficient de tous leurs droits, de paix, de justice et de fraternité.

Madame, Monsieur,

J’avais prévu de vous parler en 15 mots de l’année 2015 à Arcueil. Je n’en évoquerai que 10 et de façon très allégée.
Tout d’abord le mot de Métropole ; cette métropole dont les priorités restent confuses alors que s’ouvre le débat parlementaire. Je veux vous dire la nécessité de préserver une vision décentralisatrice et de conjuguer la subsidiarité c’est-à-dire les décisions au plus proche des citoyens, avec la coopération et la lutte contre égoïsme locaux.
C’est ainsi que ce projet réussira.

Le mot de Dotation.
La drastique baisse de la dotation d’Etat aux communes sera lourde de conséquences et peut enfoncer notre pays dans la récession. 400 000€ pour Arcueil
Je l’ai contestée, je la contesterai demain encore.
Pour Arcueil, les choix sont faits pour le budget 2015 :
Pas de hausse des taux d’impôts ménage, nous refusons de répercuter nos difficultés sur les Arcueillais.
Ensuite maintien global de notre soutien à la vie associative dont le rôle est si précieux.
Enfin rechercher l’équilibre par de nouvelles recettes, notamment par l’accueil d’entreprises, la maitrise des dépenses et l’étalement dans le temps de nos investissements.

Le mot Urbanisme : car nous lançons le 7 février la révision du PLU pour affirmer les priorités d’Arcueil avant que la métropole ne soit créée, le 1 janvier 2016.

Nos priorités ont été posées lors des élections :
Une ville à taille humaine.
Une ville qui préserve le droit pour toutes les catégories sociales à vivre près de Paris, qui préserve et renforce sa mixité sociale et fonctionnelle.
Une ville post Kyoto qui intègre la nécessaire place de la nature en ville, cherche la faible consommation d’énergie revendiquant même le vocable de ville comestible, une ville agréable et accessible, une ville qui se transforme sans se renier.

De tout cela, de la ville que nous voulons pour 2030 nous débattrons ensemble.

Je veux ici évoquer la livraison de 173 logements, avenue Laplace, 44 sociaux et 129 libres, la réhabilitation des Irlandais à Opaly et celle de 400 logements au Chaperon vert, la réouverture de la Bièvre, la naturation de l’aqueduc parmi les projets qui se concrétisent.

Vient ensuite le mot Education.
C’est de loin notre priorité sans cesse à renforcer tant l’inégalité de l’accès à l’éducation est une des causes de la profonde crise que nous traversons.
Je veux d’abord évoquer l’ouverture de la crèche Paul Eluard et la réouverture de la crèche départementale du Chaperon vert.
Ensuite les rythmes scolaires auxquels nous consacrons 500 000€. Nous voulons que tous les enfants découvrent des activités artistiques, sportives ou citoyennes. Déjà plus de 1 000 en bénéficient. La culture et l’éducation sont les outils de la citoyenneté.
L’éducation n’est pas une dépense mais un investissement, c’est pourquoi je demande à l’éducation nationale que nos écoles bénéficient des moyens indispensables à leur travail.
Je veux remercier les enseignants et les saluer en saluant M. Roland, notre nouveau principal du collège Dulcie September. Avec qui nous allons signer une convention de coopération et qui à l’occasion des 20 ans du collège accueillera des collégiens sud-africains d’Athlone.

Le mot Civisme qui se conjugue parfois avec difficulté sur le plan des encombrants, du respect du vivre ensemble, de la propreté.
Mais qui est aussi synonyme d’engagements dans les assemblées de quartiers ou les associations locales, qu’elles s’occupent de sport, de culture, d’animation, de petite enfance, du 3ème âge, de solidarité, d’environnement, de théâtre, d’alphabétisation et partout où s’impliquent les Arcueillaises et Arcueillais pour cultiver le vivre ensemble.
Avec 243 associations un record absolu est battu soyez-en tous remerciés.

Le mot Santé ensuite pour annoncer notre décision de profiter de la dernière tranche du Chaperon vert pour y développer un CMS agrandi avec plus de consultation, plus de confort et un meilleur équilibre financier. Un choix fait pour l’avenir face aux craintes sur l’accès aux soins et sur la démographie médicale.

Le mot Sécurité pour rappeler notre demande au préfet, au procureur et au ministre de moyens renforcés et la volonté de la ville de mettre fin aux trafics illégaux ayant pignon sur rue en plusieurs endroits de la ville.
L’expérimentation de la vidéo surveillance démarrée déjà d’un parking OPALY et l’exigence d’un débat national lorsque l’on constate les dégâts causés à la société par les sommes considérables que le trafic de cannabis génère.

Plus agréable, le mot Partenariat ; plus les crises s’aggravent plus ce joli mot s’impose.
Partenariat au sein de l’agglomération qui vit sa dernière année de la VSB et de notre futur territoire que je souhaite de Bièvre en Seine pour un territoire qui compte et refuse la relégation.
Partenariat avec le département, la région dont les appuis sont essentiels à tant de projets comme l’est celui des services de l’état : police, justice, finances, équipement, sous-préfecture que je veux remercier.
Partenariat aussi avec les entreprises qui apportent le dynamisme parfois international, parfois local mais toujours essentiel, partenariat aussi OPALY, Valophis, la Sadev, la CAF, la mission locale, la CCI, la chambre des métiers, les architectes, les promoteurs SIPPEREC ARGEO , la DGA, la CDC j’en oublie, qu’ils me pardonnent, tous ceux qui par leurs énergies réunies permettent la réussite de nos projets.

Je vous le dis, l’action publique est un sport d’équipe.

Maintenant Le mot COP 21. Ce rassemblement mondial qu’accueillera notre pays à l’automne et où Arcueil s’engagera aux cotés de Paris au sein des villes contre le dérèglement climatique.
Nous chercherons ensemble des réponses aux dangers de la pollution. Notre ville apportera sa contribution autour de 3 axes majeurs :
– La géothermie, projet magnifique qui prévoit hélas aussi 6 mois de travaux dans toute la ville.
– La nature en ville et la ville comestible.
– Un plan de déplacement avec généralisation des zones 30, également par notre proposition que le système vélib soit étendu à toute la métropole.

Je veux évoquer le mot qui m’est cher de Culture.
Tout d’abord en remerciant Pat Andréa un de nos immenses artistes, qui expose dans le monde entier mais travaille à Arcueil.
Merci cher Pat de m’avoir offert le carton de vœux et nos affiches avec le graphisme un peu charlesque.
Ensuite en évoquant la mémoire de Roger Trystram qui nous a quitté il y a quelques semaines, un artiste généreux, attachant et qui avec son épouse Michèle a tout donné à Arcueil.
Enfin, en vous invitant à visiter l’exposition en cours de Quentin Garel et en vous annonçant la création au printemps de la promenade Viseux entre la Vache noire et le parc Montsouris. Grâce à Michèle Viseux, les sculptures de Claude accompagneront nos promenades.
La culture est le meilleur rempart contre la barbarie ; nos équipements en sont, avec les associations, le Bahut et Anis Gras, les piliers.

Charles Aznavour a déclaré un jour  : « Aucun de mes bons souvenirs n’est liés à l’argent ils viennent tous des rencontres des autres« .
C’est aussi cela que la culture, le sport et la vie associative cultivent.

Enfin le mot Service public, pour souligner alors que la pensée libérale les considère comme des coups de charges à réduire, qu’ils sont notre bien commun et en remercier tous les agents.
Ceux de la ville qui sous l’impulsion d’Hervé Goux et Sylvain Mertens mettent en œuvre nos décisions, ceux de l’agglo, du département, de la région et de l’état.

J’associe à ces remerciements l’ensemble des adjoints conseillers délégués et conseillers municipaux mobilisés sans relâche pour l’intérêt général.
Je voudrais conclure avec Lewis Caroll qui fait dire à Alice : «  Puisque le monde n’a aucun sens, qui nous empêche d’en inventer un ?»
Cette tâche est belle, redonner du sens à notre monde, un sens de fraternité, un sens de responsabilité envers les générations futures ; un sens renforcé au mot d’égalité, de fraternité, de liberté et de citoyenneté.
Ce sera le mot de la conclusion pour souligner que rien ne se fait dans un pays et dans une ville sans cet engagement citoyen.
Celui des centaines de bénévoles qui se mobilisent, des acteurs sociaux, économiques, culturels, sportifs, des habitants, des usagers, quel que soit leur âge, leur statut social, leur origine, leur croyance ou leur absence de croyance qui ensemble font d’Arcueil une ville « arcueillante ».
C’est donc sur un vœu de démocratie citoyenne sans cesse vivifié que je conclus ce message en ajoutant à ces vœux de citoyenneté pleine et entière pour chacune et chacun d’entre vous, des vœux plus personnels, de santé, de bonheurs pour vous et ceux que vous aimez.

Daniel Breuiller, maire d’Arcueil
Réception municipale, 17 janvier 2015

 

A lire...

Attaque de Nice : l’hommage rendu par la ville d’Arcueil

Hommage aux victimes rendu lundi 18 juillet à 12h à l'hôtel de ville