Les moustiques tigres : l’affaire de toutes et tous

Avec 29 communes (dont Arcueil) colonisées en 2022, le Val-de-Marne est le département d’Île-de-France qui a connu la plus forte progression de la colonisation du moustique tigre. Dans certains cas, il peut être vecteur de maladies comme la dengue, le chikungunya et zika par le biais de ses piqûres. L’Agence régionale de santé (ARS) a donc été désignée comme responsable de sa surveillance et de la lutte contre sa prolifération. 

Les communes sont chargées de l’accompagner dans cette démarche notamment en rappelant les gestes de prévention suivants, particulièrement pendant la période estivale : 

Où trouve-t-on le moustique tigre ? 

Le moustique tigre est aussi à l’aise à la ville qu’à la campagne. Il réapparaît chaque printemps et profite de cette période pour coloniser les contenants naturels ou artificiels de toutes formes : coupelles pour pots de fleur, pneus usagés, jouets, récupérateurs d’eau de pluie, mobiliers de jardin, piscines non entretenues, bâches, etc.). La femelle pond directement sur les parois asséchées de ces contenants, susceptibles de se remplir d’eau. Une fois dans l’eau, les œufs se développent rapidement : il faut compter environ une semaine pour qu’émergent des moustiques adultes dans des conditions optimales de température. La femelle peut pondre jusqu’à 1000 œufs durant les 4 à 5 semaines de son existence.

La période d’activité du moustique tigre dans notre région s’étale du mois de mai au mois de novembre. Il se déplace peu et évolue dans un rayon de 150 mètres autour de son lieu de naissance.

Ainsi, si vous identifiez un moustique tigre chez vous, c’est qu’il est né près de vous : sur un balcon de votre immeuble, dans votre jardin ou celui de votre voisin. Votre action est donc cruciale pour stopper son développement.

Comment s’en débarrasser et s’en protéger ?

La vie des moustiques tigres est liée à l’eau. L‘empêcher d’accéder à tous les contenants susceptibles d’accumuler de l’eau, c’est se garantir un été plus tranquille. Pour éviter sa reproduction et limiter les nuisances, il faut supprimer les lieux de ponte et de repos.

Les produits anti-moustiques ne permettent pas d’éliminer durablement les moustiques, outre le fait que ces produits ne sont pas toujours bon pour l’environnement.

Voici quelques gestes simples et essentiels à renouveler chez soi chaque semaine de mai à novembre, et qui ne prennent que quelques minutes. En les appliquant, vous empêchez les moustiques tigres de vous envahir :

  • Mettre à l’abri ou éliminer les endroits où l’eau peut stagner (soucoupes pour les pots de fleurs, pneus, bâches, jouets, mobilier de jardin, pieds de parasols, etc.) 
  • Vérifier le bon écoulement des eaux de pluie (gouttières, regards, caniveaux, etc.) et entretenir votre jardin (taille, débroussaillage, élimination des déchets végétaux) dans lesquels les moustiques tigres peuvent se reposer 
  • Changer l’eau des coupelles sous les pots de fleurs une fois par semaine ou remplissez les de sable à ras bord pour empêcher le moustique de pondre et garder les racines des plantes au contact de l’humidité 
  • Etanchéifier les réserves d’eau de pluie (récupérateurs d’eau de pluie, bidons, citernes) en sécurisant l’accès à l’eau au moyen de voiles faisant office de moustiquaires (vieux rideaux etc.) 
  • Couvrir les bidons, citernes ou bassins de récupération d’eau de pluie, les piscines gonflables hors d’usage, retourner les arrosoirs et brouettes 
  • Faire le tour de votre extérieur dès qu’il pleut, avant et au retour d’une absence prolongée
  • Munir les fenêtres de moustiquaires
  • Porter des vêtements longs, amples et clairs

Même si vous n’avez pas encore identifié de moustiques tigres chez vous, appliquez d’ores-et-déjà ces gestes simples. Une fois installé, il est impossible de l’éradiquer totalement. Seule la mise en œuvre des gestes permet de diminuer sa présence et donc de réduire sa nuisance et le risque de maladie !

Comment signaler sa présence ?

Le moustique tigre, d’une taille d’environ 5 mm, est reconnaissable à ses rayures blanches et noires sur l’abdomen et les pattes. Si vous constatez sa présence, veuillez faire un signalement sur ce portail en ligne. 

Objectifs :

  • Identifier la densité de présence du moustique tigre sur votre secteur à une période bien définie
  • Évaluer le risque sanitaire si un malade (dengue, chikungunya, Zika) fréquente votre commune
  • S’informer sur les moyens à mettre en place pour limiter la prolifération du moustique tigre

À noter, l’Agence régionale de démoustication (ARD), mandatée par l’ARS, procède à des prélèvements réguliers sur les 60 pièges pondoirs du territoire du Val-de-Marne pour suivre l’évolution de la colonisation du moustique tigre (Aedes albopictus). Un de ces pièges est installé à Arcueil. 

Lorsqu’un cas de dengue, chikungunya ou zika est constaté par un médecin (maladie à déclaration obligatoire par le médecin auprès des autorités sanitaires) , l’ARS procède à une recherche de moustiques tigres après identification des lieux fréquentés par la personne touchée. Si la recherche s’avère positive, et dans ce cas seulement, une démoustication peut être lancée par l’ARS, qui reste seule décisionnaire.

  • Ce contenu vous a-t-il été utile ?
  • OuiNon